Les sociétés historiques de Bretagne

Le collège des sociétés historiques de Bretagne

Le collège des sociétés historiques de Bretagne est tout d’abord composé des sociétés historiques qui formaient l’ancienne Fédération, c’est-à-dire les cinq sociétés départementales, l’Association bretonne, la Société d’études de Brest et du Léon, la Société d’histoire du pays de Fougères et la Société d’histoire de l’arrondissement de Saint-Malo.

Toute société historique, membre de la SHAB, qui souhaite faire partie intégrante de ce collège, doit en faire la demande par écrit. L’admission d’une nouvelle société historique est soumise à l’approbation de la majorité absolue des membres du collège.
Le collège élit un délégué qui le représentera au comité de la SHAB. Il se fera l’écho des préoccupations, des projets et des souhaits des sociétés historiques.

Ci-après les différentes sociétés historiques, classées par département. Cliquer la croix à gauche ou à droite pour accéder à la fiche d’une société.

Côtes-d’Armor

Asociation des Amis de l’abbaye de Beauport

Association des amis de l’abbaye de Beauport

Elle a été créée le 4 décembre 1992 par des Paimpolaises et Paimpolais d’origine ou d’adoption qui ont eu un coup de cœur pour ce fleuron du patrimoine breton. L’idée leur en est venue lors de l’acquisition du monument et du site incomparable qui l’environne par le Conservatoire de l’espace littoral et des rivages lacustres.

Les Amis de Beauport se sont fixé les objectifs suivants, notamment :

  • Rechercher et diffuser la documentation concernant l’abbaye et son histoire, mais aussi acquérir des documents lui ayant appartenu
  • Faire participer le public à la restauration du lieu et à la réalisation de travaux de sauvegarde en faisant appel au mécénat
  • Proposer au gestionnaire de l’abbaye des manifestations d’intérêt culturel et participer aux choix sur la restauration de l’abbaye au sein de la structure officielle chargée de gérer le site.

Il existe en effet une autre association chargée de la gestion et de la restauration de l’abbaye de Beauport, l’AGRAB, constituée entre le Conservatoire du littoral et les collectivités territoriales. Elle ne reçoit pas d’adhésions individuelles.

Yves Le Bonniec, vice-président des Amis de l'abbaye de Beauport. Photo : FB
Yves Le Bonniec, vice-président des Amis de l’abbaye de Beauport. Photo : FB

Activités

  • Nombre d’adhérents : 110.
  • Montant de l’adhésion : 25 €
  • Tous les ans, les Amis de Beauport organisent en juin la Saint-Norbert, patron de l’abbaye, avec un concert en partenariat avec l’APAC.
  • Un cycle de conférences est également organisé, pour lesquelles sont invités des spécialistes ayant travaillé sur l’abbaye de Beauport (parfois à leur demande).
  • Revue de presse : Une conférence d’Yves Le Bonniec sur les « origines de l’abbaye de Beauport, à Paimpol ». Ouest-France, 31/03/2023. Lors de cette conférence, Y. Le Bonniec avait fait remarquer que 50 cartons de documents concernant l’abbaye sont conservés aux Archives départementales des Côtes-d’Armor. Avis aux historiens !
Revue Abbaye de Beaupoirt, n° 1
Revue Abbaye de Beaupoirt, n° 1
  • Depuis trente ans, publication annuelle des « Cahiers de Beauport » contenant les recherches les plus récentes sur l’abbaye. Les Cahiers n° 1 à 4 sont épuisés. Les articles des n° 1 à 8 sont repris dans l’ouvrage ci-dessous. Les n° 9 (année 2003) à 15 (année 2010) sont disponibles au prix de 10 €.
Abbaye de Beauport, couverture
Abbaye de Beauport, couverture
  • Abbaye de Beauport, huit siècles d’histoire en Goëlo. Réédition en 2004. Ouvrage de référence publié à l’occasion du 10e anniversaire de l’association. En vente au prix de 30 € (25 € pour les bibliothèques) auprès des Amis de Beauport ou à la librairie de l’abbaye de Beauport. Table des matières : cliquer le bouton

Villa Labenne, Paimpol. Photo DR.
Villa Labenne, Paimpol. Photo DR.

Contact

Composition du bureau

  • Présidente : Annie-Claude Ballini
  • Vice-président : Max Querrien
  • Vice-président : Yves Le Bonniec
  • Secrétaire : Michel Lec’hvien
  • Secrétaire-adjoint : Yves de Sagazan
  • Trésorier : Patrick Floury

La Société d’Émulation des Côtes d’Armor

Fondée en 1861, la Société d’émulation se consacre à l’étude de l’histoire des Côtes d’Armoret à celle de son patrimoine culturel et architectural.

Activités

• 280 membres – Cotisation : 32 €
• 8 conférences par an au Pôle Mazier de Rennes 2 (Saint-Brieuc)
• 1 excursion organisée en juin.
• Bibliothèque ouverte sur rendez-vous au Musée d’art et d’histoire de Saint-Brieuc.
• Publication d’un bulletin annuel (400 à 500 p.)

Société d'émulation des Côtes-d'Armor tome CLI Mémoires 2023
Société d’émulation des Côtes-d’Armor tome CLI Mémoires 2023

Mémoires de la Société d’émulation des Côtes-d’Armor

Le tome CLI est paru en 2023. Pour se le procurer, contacter la Société à l’une des adresses ci-dessous.

Photo ci-dessous illustrant l’article de Daniel Giraudon sur la Gwerz Itron Varia a Bennwern (La complainte de Notre-Dame de Penvern). Terre-Neuviers victimes des Barbaresques au XVIIe siècle. 12 autres contributions figurent au sommaire des Mémoires 2023,

Les goëlettes qui se rendent à Terre-Neuve sont attaquées par les pirates barbaresques. Coll. Daniel Giraudon.
Les goëlettes qui se rendent à Terre-Neuve sont attaquées par les pirates barbaresques. Coll. Daniel Giraudon.

Tables en ligne

Adresses

Geoffroy de Longuemar lors du congrès 2018 de la SHAB à Pornic. Photo : FB
Geoffroy de Longuemar lors du congrès 2018 de la SHAB à Pornic. Photo : FB

Contacts

Bulletin d’adhésion

Conférences du 1er semestre 2024

Mercredi 14 février, à 15 h 00, salle d’honneur de la mairie de Tréguier, en partenariat avec l’UTL de Tréguier.

Yvon Connan : Le broyeur de lin de Renan, une hypothèse inédite

Dans « Souvenirs d’enfance et de jeunesse », Renan rapporte le récit que sa mère âgée lui confie au sujet d’une femme aliénée que le jeune Ernest avait remarquée à l’hôpital de Tréguier.

C’était la fille d’un noble pauvre de Trédarzec du nom de Kermelle « chef laïque de la paroisse », mais contrainte pour survivre de se livrer en secret au teillage du lin. La jeune femme dans l’impossibilité de trouver mari dans sa condition finit par nourrir des sentiments amoureux pour le jeune vicaire de la paroisse. Cette passion va la pousser à commettre un méfait occasionnant quelques troubles. Le constat de sa folie éteindra l’action judiciaire.

Des spécialistes de Renan et des historiens du Trégor ont cherché à identifier le vieillard et sa fille. Anatole Le Braz est-il à l’origine de la version souvent retenue à savoir celle d’un Kermel habitant le manoir du Carpont ?

Le recoupement de sources archivistiques et la découverte d’éléments nouveaux ont conduit à contredire cette version et proposer une piste jusque là inexplorée.

Mercredi 13 mars 2024 à 16 h 00

Jean Le Bihan. La collation des bourses au 19e siècle. Quelques considérations appuyées sur l’exemple briochin

La communication se penchera sur l’histoire des bourses de l’enseignement secondaire au 19siècle, plus précisément sur la manière dont elles sont attribuées, ce que l’on appelle, dans le langage du temps, leur collation. Pour ce faire, le propos emboîtera les échelles : après avoir présenté l’évolution générale des procédures d’attribution des bourses, du Consulat à la Belle Époque, il examinera en quoi la révolution de 1848 a fait rupture à cet égard et exploitera, à cette fin, un bel article d’archives conservé aux Archives départementales des Côtes-d’Armor.

Jean Le Bihan est maître de conférences en histoire contemporaine.

Mercredi 10 avril 2024, à 16 h 00

Jean-Michel Cauneau. Sylvestre Budes, figure bretonne de la guerre de Cent Ans, et Guillaume de la Penne, son compagnon poète

Tous deux auteurs, en leur temps, d’une fameuse « Histoire de Bretagne », Bertrand d’Argentré (XVIe s.) et Arthur de La Borderie (XIXe), n’étaient pas d’accord sur Sylvestre Budes, seigneur d’Uzel. Célébré au nombre des « grands capitaines » du duché par le premier, alors que le second ne lui consacre qu’une très courte note, ce cousin de Du Guesclin est en effet une personnalité fort controversée. À son époque, aussi bien Froissart que Christine de Pizan ne savaient trop qu’en conclure, mais les Italiens d’aujourd’hui le mettent sans hésiter au rang des brigands de leur histoire.

Ce ne fut sûrement pas l’avis de son compagnon le plus dévoué, le chevalier manceau Guillaume de La Penne, témoin enthousiaste de la dernière expédition du chevalier briochin, et qui lui consacra un poème de près de 3 000 vers pour chanter ses louanges.

Jean-Michel Cauneau est l’auteur, avec Dominique Philippe, de l’ouvrage Le Roman de Monsieur Sylvestre, paru en 2023 aux Presses universitaires de Rennes.

Mercredi 15 mai 2024, à 16 h 00

Fabien Lostec. L’Épuration des femmes dans un département « très résistant : le cas des Côtes-du-Nord

Depuis une trentaine d’années, l’histoire de l’épuration en France s’est profondément renouvelée, en s’intéressant notamment au sort réservé aux femmes accusées d’avoir collaboré avec les Allemands. Marquée par un imaginaire viril et le rétablissement d’un ordre moral, social et juridique masculin, la Libération est un moment très répressif à l’égard des femmes : non seulement elles sont la cible d’un châtiment populaire spécifique, la tonte, mais elles sont aussi internées, emprisonnées, voire condamnées à mort et exécutées, que ce soit de manière sommaire ou légale, dans des proportions jamais vues depuis la Révolution française.

Mais qu’en est-il dans un département « extraordinaire » comme les Côtes-du-Nord, où la Résistance armée est très présente ? Les femmes y sont-elles plus sévèrement sanctionnées que dans les autres départements bretons ou français ? Au-delà de la réponse à cette question, notre communication propose des clés pour comprendre sur quelles bases la société costarmoricaine a épuré les femmes, en saisissant le phénomène dans toute sa globalité et toute sa complexité.

Fabien Lostec est docteur en histoire contemporaine, enseignant, chargé de cours à l’université Rennes 2 et chercheur associé à Tempora.

Publications

Depuis 2010, la société d’émulation publie des monographies sur l’histoire du département, parfois en coédition avec les Presses Universitaires de Rennes (PUR), parfois en tant qu’éditeur.

  • Les Annales briochines, 1771 de Christophe-Michel Ruffelet. Olivier Charles (dir.) Saint-Brieuc : histoire d’une ville et d’un diocèse Avec une préface de Geoffroy de Longuemar. En coédition avec les Presses Universitaires de Rennes. 2013. Prix 24 €
  • Stéphane Morin. Trégor – Goëlo – Penthièvre, Recherche sur le pouvoir des Comtes de Bretagne aux XIe – XIIIe siècles, publication de sa thèse de doctorat de l’Université de Rennes I, Mention Droit, avec une introduction d’Yves Sassier, Coédition PUR/Collection Histoire (2010). Prix : 22 €
  • Annick Adam, Les Therezien : une famille en Goëlo (XVe-XIXe siècle) (2011) Prix : 20 €
  • Mémoires de l’abbé Lesage, chanoine de Beauport, sous la direction de Samuel Gicquel, Coédition PUR/Collection Mémoires (2012). Prix : 20 €
  • Jean Martin, Triste 19e siècle pour les Côtes-du-Nord, Préface de Christian Kermoal, Éd. À l’ombre des mots, 318 p., 22 €
  • Olivier Charles, Jean Richin et consorts… archiprêtres « infâmes », Préface de Georges Provost, Éditions À l’ombre des mots, 2022, 264 p., 22 €

Les ouvrages qui ne trouvent pas en librairie peuvent être commandés auprès de la Société d’Émulation

Le Léguer - Tredrez
Le Léguer – Tredrez

Quelle est l’origine de l’ARSSAT ?

L’industrie naissante des télécommunications s’installe à Lannion en 1961 et crée 5 000 emplois de recherche et production. La transformation de la ville pour la création de nouveaux logements engendre la préoccupation de la sauvegarde du patrimoine, et la reconnaissance de l’histoire locale.
Une quinzaine de jeunes intellectuels passionnés d’histoire et de patrimoine, s’accordent sur trois notions au centre de leur projet d’action : Rechercher, Sauvegarder, faire Connaître les Sites du Trégor (ancien évêché de Tréguier). Lors de sa création en 1969, l’ARSSAT compte 46 adhérents. Ce nombre ne cessera de croître pour atteindre 305 membres en 2019, 384 en janvier 2023. Ils sont, pour la plupart retraités de l’industrie locale, demeurés au pays, des Bretons de souche, ou des couples ayant choisi de passer leur retraite en Trégor.

Les activités de l’ARSSAT

L’ARSSAT contribue à la connaissance du patrimoine local par l’organisation de visites, conférences, la publication annuelle d’articles documentés par des recherches aux archives départementales ou dans les archives privées, ainsi que l’accès à sa bibliothèque d’ouvrages de références sur l’histoire de la Bretagne et l’histoire locale.
La création récente, à l’interne, d’une bibliothèque numérique sur le site WEB de l’association permet de consulter tous les bulletins numérisés de l’association de 1970 à 2017, présentés en collections. Ces collections numérisées sont aussi consultables par BRETANIA, le portail numérique de la Région Bretagne, géré par l’association « Bretagne, Culture et Diversité ».

Lannion - Maisons anciennes
Lannion – Maisons anciennes

Groupes d’activités internes

Prospection pédestre : reconnaissances de sites anciens, en partenariat avec le SRA de Bretagne et le CeRAA ;
Recherches historiques : exploitation d’archives ; valorisation du patrimoine breton : inventaires ; appels à projets régionaux ; toponymie : étude des noms de lieux de communes trégorroises ;
Entretien du petit patrimoine : réalisation de chantiers d’entretien du patrimoine ancien ;- Bibliothèque, archives ARSSAT : classement ; création de répertoires numériques ;- Bibliothèque numérique : numérisation des anciens bulletins de l’ARSSAT consultables sur le site internet de l’ARSSAT
– Visites guidées de sites et édifices trégorrois.
– Depuis 2012 l’ARSSAT contribue à l’œuvre de la Fondation privée Pierre Delestre, pour la sauvegarde des chapelles publiques du Trégor.

Les publications de l’ARSSAT

Ce sont les ouvrages annuels, bulletins et cahiers de l’ARSSAT (présentation sur le site web). Autres publications :
Lannion, un port sur le Léguer » du XIe au XXe siècle (2éme édition) d’A. Le Person.- Toponymie et histoire, à la découverte d’une commune de Bretagne, Louargat (22) – (Collectif).- Toponymie de la commune de Vieux-Marché (22) – (Collectif).
Les informations utiles
Permanences hebdomadaires : les lundi, mardi de 14h00 à 17h00, et le samedi de 10h00 à 12h00- L’adhésion individuelle est de 27€ pour 2023, 37€ pour un couple, 17€ tarif étudiant.

Contacts ARSSAT

Adresse postale : 2, Rue de Kerampont, Espace Sainte-Anne, 22300 Lannion
Tél : 02 96 46 32 51
Mail : arssat@wanadoo.fr
Site web : https://arssat.info
Présidente : Michèle Le Bourg
Secrétaire : Jacques Sécher

Société d’Études historiques et archéologiques du Goëlo (SEHAG)

Elle a pour objectif de rendre accessible à tous l’histoire du Goëlo, que ce soit son patrimoine architectural, ses traditions, les personnalités qui l’ont marquée ou encore l’aventure maritime — la grande pêche — qui l’anima tant et si longtemps.

Activités

  • Association accessible à tous.
  • Siège social : Villa Labenne, Paimpol.
  • Permanence : chaque premier vendredi du mois (hors vacances) de 14 h à 17 h.
  • La revue Les Carnets du Goëlo paraît une fois par an, en avril-mai.
  • Site internet : sehag.fr
  • Sorties « découverte du patrimoine breton » en mai-juin et l’un des dimanches de la dernière quinzaine d’août
  • Sorties « patrimoines locaux » : en général le dimanche après-midi.

Membres du bureau

  • Christian Jacob, président
  • Jean-Pierre Tanvez, secrétaire
  • Pierre Tronchon, trésorier
  • Pierre Cordier, secrétaire adjoint
  • Yannick de Sagazan, trésorier adjoint
En-tête du site internet de la SEHAG
En-tête du site internet de la SEHAG

Les Carnets du Goëlo

La revue (un numéro par an) est ouverte aux chercheurs, aux historiens, aux passionnés d’histoire. Les sujets traités concernent le Goëlo historique (gallo et brezhoneg).

Le numéro 39 est paru en 2023. Sommaire :

  • Comtes de Goëlo — Fiefs et toponymes en Plouvara. (Jean-Paul Le Buhan)
  • Si Lanvignec m’était conté — La chapelle et son mobilier. (Dominique Rustuel)
  • Le calvaire Saint-Yves à Plouha. (Jean-Paul Le Buhan)
  • François Julien de Kerangal — Un enfant de Chatelaudren à la Compagnie des Indes. (Éric Ballot)
  • Mgr Jean-Marie Jacob — Évêque constitutionnel des Côtes-du-Nord (1741-1801). (Christian Jacob)
  • La chanson des conscrits de Gurunhuel (1842). (Daniel Giraudon)
  • Louis Massignon (1883-1962), le rival de Lawrence d’Arabie inhumé à Pordic. (Christian Pallandre)
  • Joseph Le Chapelain, Histoire aventureuse d’un habitant de la rue de Pen an Run, à Paimpol. (René Méheux)
  • Trois victimes civiles — Le 5 août 1944, à Paimpol. (Richard Berrong)
  • Prospections archéologiques de la SEHAG — Bilan 2022. (Pierre Dheilly, Claudine Romestain)
  • Le pardon de Plounez — Précisions sur l’ouvrage de Jules Le Chapelain. (Jacques Dervilly)

Ce numéro peut être commandé en ligne sur le site de l’association, de même que les numéros précédents et l’ouvrage « Goëlo, terre d’histoire » (2e édition). Sur le site, une page est également consacrée à l’activité archéologique de l’association.

Amis de Lamballe et du Penthièvre

Les amis de Lamballe et du Penthièvre.
  • 240 adhérents (350 personnes)
  • Cotisation : 30 € (37 € pour un couple)

Activités

  • Publication annuelle d’un volume de mémoires
  • 6 tables rondes ou conférences
  • 2 ou 3 excursions
  • Bibliothèque accessible sur rendez-vous : 5, rue du Four, 22400 Lamballe 
  • Gère le Musée d’Art populaire de Lamballe.
  • Site internet : Amis de Lamballe et du Penthièvre 

Contacts

  • Adresse postale : 5 rue du Four, 22400 Lamballe
  • Mail : amis.de.lamballe@orange.fr
  • Président :  Geoffroy de Longuemar Tél. : 06 20 79 62 37
  • Musée : Noël Brouard Tél : 07 86 46 32 08

Bulletin des amis de Lamballe et de Penthièvre : n° 50

Il est paru fin 2023. Au sommaire :

  • François Hervé. Conan, fils de Geoffroy Boterel, comte de Bretagne, mort à Antioche, le 9 février 1098
  • Jean-Pierre Le Gal La Salle. Notes historiques sur la maison et terre de Nantois en Pléneuf de 1387 à 1710
  • Jacques-Henri Clément. L’art médical à Lamballe sous l’Ancien Régime
  • Yvon Plévin. Lettres lamballaises (2) : Quelques traces de vie et du quotidien de Lamballais de l’ancien temps
  • Jacques-Henri Clément. Une fontaine de Saint Gouesnou à Pléneuf-Val-André
  • Geoffroy de Longuemar.  Le chevalier de Mauny, un témoin lamballais de la guerre de succession d’Autriche (1741-1743), à travers sa correspondance
  • Guy de Sallier Dupin. Andel : Histoire d’une commune rurale des Côtes-d’Armor des origines à nos jours – Première partie
  • Geoffroy de Longuemar. Rose Perrine Le Roy de La Corbinais (1730-1799) successivement Mlle Gogo, Mlle Beauménard, puis Mme Bellecour, comédienne
  • Jacques-Henri Clément et Michel Grimaud. Marins de Pléneuf et d’Erquy sur La Piémontaise. Combat de mars 1808
  • Jimmy Tual. Charles Hémard (1922-2016) : Parcours d’un Lorrain dans la Seconde Guerre mondiale
  • Michel Guillerme. Une sortie de messe à Saint-Cast (haut-Penthièvre)
  • Bernard Lévêque. Une offre d’emploi du XVIème siècle …
  • Louis Chauris. Propos sur l’or en Penthièvre
Bulletin des Amis de Lamballe et du Penthièvre. Couverture du n° 50
Bulletin des Amis de Lamballe et du Penthièvre. Couverture du n° 50

Ille-et-Vilaine

Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine (SAHIV)

Bécherel, vue d'avion. Photo DR.
Bécherel, vue d’avion. Photo DR.

La SAHIV est née en 1844 sous le nom de Société archéologique du département d’Ille-et-Vilaine. Elle souhaite faire connaître et partager ses centres d’intérêt sur l’archéologie, l’histoire et le patrimoine du département (et au-delà).

Sortie des membres de la SAHIV à Marcillé-Carcraon. Photo DR.
Sortie des membres de la SAHIV à Marcillé-Carcraon. Photo DR.

Activités

La SAHIV organise régulièrement

  • des conférences (huit par an),
  • des excursions à la journée ou en demi-journée (trois par an),
  • ainsi que, plus exceptionnellement des visites commentées lors de découvertes archéologiques ou de restauration, comme cela a été le cas avec celle de la cathédrale de Rennes.
Mémoires de la SAHIV tome CXXVII 2023
Mémoires tome CXXVII 2023

Publication des mémoires de la Société

Pour permettre à chacun et chacune d’en garder trace et de s’y référer, la SAHIV publie chaque année un Bulletin et mémoires de la Société archéologique et historique d’Ille-et-Vilaine.

Les numéros les plus anciens (1861-1951) peuvent être consultés sur le site Gallica de la BNF ; la numérisation des années suivantes, jusqu’en 2017, sera réalisée en 2023-2024.

Édition d’ouvrages

La SAHIV publie également des ouvrages, seule ou en partenariat.

  • Michel Mauger, Aristocratie et mécénat en Bretagne au xve siècle. Jean de Derval, seigneur de Châteaugiron, bâtisseur et bibliophile, 2013.
  • Yann Lagadec, Jean-Claude Meuret, Yves Rannou, Une entrée en guerre. Chelun, village breton 1914-1915, 2013
  • Éric Joret, Yann Lagadec (dir.), Hommes et femmes d’Ille-et-Vilaine dans la Grande Guerre [en collaboration avec les Archives départementales d’Ille-et-Vilaine], 2014.
  • Frédéric Le Moigne, Billets de Rome. Monseigneur Paul Gouyon, archevêque de Rennes, au concile Vatican II (1964-1965) [en collaboration avec les Amis des archives historiques du diocèse de Rennes, Dol et Saint-Malo], 2014
  • Christophe Guérin, Yann Lagadec, 1916. Deux régiments bretons à Verdun, 2016 [en collaboration avec l’Amicale des Anciens du 41e RI].
  • Pascal Burguin, Un lycée dans la guerre. Le lycée de garçons de Rennes, 1939-1945, avec le témoignage de Samy Mizrahi [en collaboration avec l’Association pour la mémoire du lycée et du collège de Rennes], 2017
  • Jean-Claude Meuret, Saint-Nicolas : son culte dans l’Ouest du vie au xiiie siècle et sa « chapelle » à La Guerche du xie au xxie siècle, 2019
  • Gwyn Meirion-Jones, Michael Jones, Le Château du Bois Orcan, 2021
Jacqeline Sainclivier, présidente de la Société d'archéolgique et d'histoire d'Ille-et-Vilaine, ici au congrès 2017 de la SHAB à Tréguier. Photo : FB
Jacqeline Sainclivier, présidente de la Société d’archéolgique et d’histoire d’Ille-et-Vilaine, ici au congrès 2017 de la SHAB à Tréguier. Photo : FB

Contacts

  • Les activités de la SAHIV sont développées sur son site : www.sahiv.fr
  • On peut contacter les membres du bureau  par courriel : sahiv@laposte.net
  • par voie postale : SAHIV, Archives départementales d’Ille-et-Vilaine, 1 rue Jacques-Léonard, 35000 RENNES

Société d’histoire et d’archéologie de l’arrondissement de Saint-Malo (SHAASM)

La SHAASM et son logo
La SHAASM et son logo

L’histoire, passion malouine

L’idée d’une réunion mensuelle, littéraire ou scientifique est née en 1899, à l’occasion des fêtes marquant le « cinquantenaire » de l’inhumation de Chateaubriand au Grand-Bé. Une trentaine de passionnés déclarent alors : « Si notre cité est petite dans l’espace, elle est grande par son rayonnement ! Il faut nous réunir pour conserver la mémoire de nos grands hommes […] de nos monuments, de notre histoire, de notre passé. Fondons une Société d’Histoire et d’Archéologie. »

Les statuts sont établis en décembre 1899 et approuvés par arrêté du préfet le 3 janvier 1900. La SHAASM se donne pour mission :

  • l’étude et la recherche historique et archéologique de l’arrondissement et des anciens diocèses de Dol et de Saint-Malo.
  • la sauvegarde de leur patrimoine historique et archéologique (monuments, édifices, sites urbains ou naturels, environnement, bibliothèques & archives…)

La Société est ouverte à toute personne se reconnaissant dans notre slogan : « L’histoire, passion malouine ».

Une conférence de la SHAASM en janvier 2022
Vue de la salle lors d’une conférence de la SHAASM en janvier 2022. Photo DR.

Activités

Permanence hebdomadaire et bibliothèque : le mardi de 14 h à 17 h.

Conférences et colloques : rythme traditionnel d’une rencontre le troisième lundi du mois : information sur la vie de la Société et conférence gratuite. En août 2023 est donnée la 1477e conférence. En 2022, 2 078 entrées pour 12 conférences, dont deux en août et un colloque Saint-Malo 1947-1972 : Renaissance d’une ville, qui a réuni 300 personnes lors des Journées du patrimoine.

Lieux des conférences : Théâtre Chateaubriand ou Théâtre L’Hermine.

Cinq commissions structurent les activités et se rassemblent régulièrement. 

  • Bibliothèque
  • Publications
  • Voyages, excursions
  • Monde éducatif
  • Histoire et patrimoine

Les excursions sont partie intégrante des activités de la société depuis 1901. En 2022, trois excursions et visites ont entraîné 170 sociétaires sur des sites patrimoniaux.

Visite au jardin de Montmarin
Visite des sociétaires de la SHAASM au jardin de Montmarin en Pleurtuit en septembre 2021. Photo DR.

Partenariats et actions collectives

Consciente de son rôle dans la transmission de la mémoire et la valorisation du patrimoine culturel malouin, la Shaasm œuvre en réseau :

  • Journées européennes du Patrimoine
  • Journées européennes d’Archéologie
  • Université du Temps libre : dix cours sur l’histoire générale de Saint-Malo : l’enseignement est assuré par des sociétaires-conférenciers.
  • Accueil des Villes françaises : rencontre-information des nouveaux arrivants.
  • Association des Amis du Musée d’Histoire Maritime 
  • Association des descendants de capitaines corsaires,
  • Association malouine des amis de Jacques Cartier (AMAC) et Association des Descendants de la Famille de Jacques Cartier & de ses compagnons :accueil de conférenciers québécois.

Action jeunesse : nous nous mettons à la disposition des enseignants, pour partager avec leurs élèves ce que les générations précédentes ont appris, élaboré et réalisé. Nous tenons à participer et rendre vivant notre rôle attesté de veilleur et passeur de la mémoire : en 2022 nous avons accompagné 200 élèves de seconde, sur les traces de la reconstruction de l’intra-muros.

Les locaux de la SHAASM à Saint-Malo

Publications

  • 125 volumes d’ANNALES. Les volumes de 1900 à 2008 sont consultables sur Gallica : https://gallica.bnf.fr/
  • La collection «Les Dossiers de la Société d’Histoire» est une création conjointe de la SHAASM et des éditions Cristel : actes des Colloques et/ou dossier thématique.
Les remparts de Saint-Malo sur la chaîne YouTube de la Shaasm. Capture d'écran
Les remparts de Saint-Malo sur la chaîne YouTube de la Shaasm. Capture d’écran.

La chaîne YouTube de la Shaasm à propos des remparts : https://www.shaasm.org/notre-chaine-youtube/

Infos pratiques

  • Adhésion : cotisation individuelle 55 €, couple 65 €, bienfaiteur 100 €, étudiant 20 €
  • Adresse postale : 16, Rue d’Alsace, 35400 Saint-Malo
  • Tél. : 02 23 18 44 34
  • Courriel : postmaster@shaasm.org
  • Site web : https://www.shaasm.org
  • Chaîne YouTube : https://www.youtube.com/@shaasm

Composition du bureau

  • Président : René Marçais
  • Vice-président délégué : Jean-Luc Blaise
  • Secrétaire : Bertrand Bélurier                      

Association François Duine

C’est la société populaire d’histoire du pays de Dol.

Elle publie Le Rouget, revue d’histoire et de folklore du pays de Dol, fondée par Tony Le Montréer en 1946 et bulletin de liaison semestriel entre les adhérents de l’Association François Duine.

Elle fait paraître des études, anecdotes et curiosités, avec de nombreuses illustrations. Elle propose un regard intelligent sur l’histoire du Pays de Dol. Le numéro 97 est paru au premier semestre 2010.

Association François Duine. Page Facebook, en-tête. Photo DR.
Association François Duine. Page Facebook, en-tête. Photo DR.

Comment retrouver les sommaires de 90 numéros

Contact

  • Adresse : place de la cathédrale 35120 Dol-de-Bretagne
  • Adresse postale : Association François Duine, BP 59, 35120 Dol-de-Bretagne
  • Permanence de l’association : tous les samedis de 11 h 00 à 12 h 00, place de la cathédrale à Dol de Bretagne. Accès par la cour du Médiévalys (centre de découverte des cathédrales).

L’association François Duine sur internet

Le Centre de Recherches Archéologiques du PAys de Rennes (CERAPAR)

Un ancrage local dans le pays de Rennes élargi

Créé en 1987, sous un statut d’association Loi 1901, il prend la suite du groupe de recherche archéologique existant au sein de la Maison des jeunes et de la culture de Pacé depuis 1977. Le CERAPAR, constitué d’une centaine de membres, tous bénévoles, dispose d’une bibliothèque en constante évolution ouverte aux membres et à l’extérieur et d’une exposition permanente de reproductions de mobilier archéologique allant du Paléolithique au Moyen Âge. Il conserve un dépôt d’artefacts découverts lors des prospections et sondages, les réserves de matériel utilisé lors de ses différentes activités et enfin les archives de l’association.

Par son ancrage local dans le pays de Rennes, élargi, depuis plusieurs années, à un grand sud de l’Ille-&-Vilaine, le CERAPAR est un interlocuteur privilégié du service régional de l’archéologie, de l’Inrap (Institut national de recherches archéologiques préventives), des collectivités territoriales (mairies, communautés de communes, département d’Ille-et-Vilaine), de l’ONF (Office National des Forêts), des archives départementales, de l’université de Rennes. Il mène également des opérations en partenariat avec des associations locales : Buxéria à la Bouëxière, CERAM (Centre d’études et de recherches archéologiques du Morbihan), Acigné (Autrefois).

Visite du chantier de fouille sur le site gallo-romain de La Chapelle-des-Fougeretz (35) avec Bastien Simier de l'INRAP. Photo : André Corre
Visite du chantier de fouille sur le site gallo-romain de La Chapelle-des-Fougeretz (35) avec Bastien Simier de l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives)

Recherches, prospections, relevés

Une présence en permanence sur le terrain aboutit plusieurs fois par semaine à des études scientifiques sur différentes périodes, du Néolithique au Moyen Âge. 

Au-delà de la recherche (prospections, sondages, relevés), cœur de l’activité de l’association, le centre veut favoriser la prise de conscience de l’intérêt du patrimoine archéologique. Afin de partager le résultat de ses travaux, des animations ponctuelles sont organisées : visites, conférences, expositions de mobilier archéologique. Des vidéos de qualité, visibles sur Youtube sont réalisées. Pour les scolaires, des actions d’initiation auprès du jeune public (conférences, bacs de fouilles et « corde du temps ») sont organisées dans les écoles ou à la Maison de l’archéologie à Pacé.

Le CERAPAR établit un rapport de prospection chaque année et lors des sondages, accessible sur le site de la bibliothèque numérique du service régional de l’archéologie. Des publications régulières dans les revues scientifiques spécialisées rendent compte de l’état d’avancement de la recherche (voir liste des publications). 

Mise en valeur de l'allée couverte du Mont Hersé. Photo Jean-Jacques Blain.
‘équipe du CERAPAR lors de la mise en valeur de l’allée couverte du Mont Hersé à Saint-Congard (56) Photo Jean-Jacques Blain.

Des sorties culturelles

Le CERAPAR organise des sorties culturelles pour ses adhérents, non seulement à caractère archéologique, mais aussi sur tout ce qui concerne le patrimoine. Le Conseil d’Administration établit chaque trimestre un calendrier des activités et un compte rendu des activités diffusés aux membres de l’association.

Les activités ont lieu sur toute la semaine : prospections (terrain, géoportail, drone), sondages archéologiques, relevés topographiques, relevés de bâti, étude de mobilier, visites de sites, ateliers pédagogiques, études et mises en valeur de sites : mégalithes (Saint-Just…), châteaux (Boutavent à Iffendic, Le Lou du Lac, Montauban…), mottes féodales (Chevré à La Bouëxière, Baron à Guipry-Messac, La Cariais à Bain-de-Bretagne…)

Fouilles sur le site de Boutavent en Iffendic. Photo Cécile Delarue
Ambiance de fouille sur le sondage archéologique au château médiéval de Boutavent en Iffendic (35). Photo : Cécile Delatue

Infos pratiques

  • Présidente : Marie-Christine Hautbois. Tel : 06 61 84 96 71
  • Siège de l’association à la Maison de l’Archéologie, 14, chemin de la Métairie, 35740 Pacé.
  • E-mail : cerapar@free.fr pour toute demande d’adhésion (22 €) et renseignements.
  • https://www.facebook.com/CERAPAR
Relevé des dimensions d'un bloc mégalithique. Photo André Corre
Relevé des dimensions d’un bloc mégalithique sur le site de la sépulture ruinée de la Daguinais en forêt de Liffré (35). Photo André Corre

Société d’histoire et d’archéologie du Pays de Fougères

Chapelle Saint-Yves, Fougères. Photo DR.
Chapelle Saint-Yves, Fougères. Photo DR.

La société s’intéresse aux évènements et aux personnages qui ont façonné l’histoire dans la région de Fougères et les territoires voisins. Elle se tourne aussi vers les coulisses de la petite histoire et de la vie ordinaire, et vers les contingences qui ont dessiné son paysage culturel.

Attentive à la préservation du patrimoine, elle y contribue en le faisant connaître. Elle entretient deux chapelles qui lui ont été léguées :

  • celle de Saint-Clair en La Bazouge-du-Désert
  • et celle de Saint-Jacques de Marigny en Saint-Germain-en-Coglès
Chapelle Saint-Jacques de Marigny en Saint-Germain-en-Coglès. Photo DR.
Chapelle Saint-Jacques de Marigny en Saint-Germain-en-Coglès. Photo DR.

Publications

Le Bulletin de la Société d’histoire et d’archéologie du Pays de Fougères. Publication annuelle.

  • Dernier numéro paru : 2023
  • Les numéros précédents sont également disponibles.
  • Table publiée pour les années 1957-1992.

Actes du Colloque du Centenaire de la Société d’Histoire et d’Archéologie du Pays de Fougères du 14 septembre 2013. Six articles, 160 pages et près d’une centaine d’illustrations en couleur. Prix : 20 €. Avec les frais de port : 24 €.

Daniel Heudré. Visages de la Résistance. Résistants, déportés et fusillés dans le pays de Fougères. Préface de Louis Feuvrier.

Le site de la Société d’histoire et d’archéologie de Fougères

À lire sur le blog officiel de la Société

Acte de mariage de Jean Aubert et de Marie Boulot. Archive.
Acte de mariage de Jean Aubert et de Marie Boulot. Archive.
  • Les « Filles sages » de Fougères : quand un décret impérial de 1807 imposa à la ville de Fougères de fêter l’anniversaire du couronnement de Napoléon Ier en dotant une fille sage qui serait mariée à un homme ayant fait la guerre.
Le docteur Alphonse Guérin. Archive.
Le docteur Alphonse Guérin. Archive.

À l’origine de la doctrine microbienne, le docteur Alphonse Guérin, avec sa « ténacité bretonne », a développé en 1870 la technique du pansement ouaté destiné à filtrer les impuretés de l’air. Alors que plus de 3 300 rues, avenues et boulevards portent le nom de Louis Pasteur, la reconnaissance de ce bienfaiteur de l’humanité se fait encore attendre…

Activités

  • 102 adhérents
  • Cotisation : 28 € (30 € pour un couple)
  • 5 réunions par an, dont une hors du siège de la société (8 communications)
  • 2 excursions par an
  • Bibliothèque ouverte sur rendez-vous

Bureau

  • Président : Henri Hérisset
  • Trésorier : Nicolas Garel
  • Site web : Éric Roulin

Contact

Finistère

Société archéologique du Finistère

L’une des plus importantes sociétés savantes de France

La Société archéologique du Finistère (SAF) s’attache depuis la fin du XIXe siècle à étudier et à faire connaître l’histoire et le patrimoine du département du Finistère. Elle publie un bulletin annuel depuis 1873 et a été reconnue d’utilité publique en 1889.

À ce jour, la SAF est une des plus importantes sociétés savantes de France. Elle compte 1 050 membres environ, de tous âges et de tous milieux. Elle compte parmi ses membres des historiens, des historiens de l’art, des archéologues et des érudits qui se chargent de la publication du bulletin. Cette publication constitue l’activité principale de la Société. En plus du bulletin annuel, la Société publie régulièrement d’autres ouvrages.

Christiane Prigent, nouvelle présidente de la Société archéologique du Finistère. Photo DR.
Christiane Prigent, nouvelle présidente de la Société archéologique du Finistère. Photo DR.

Christiane Prigent est la nouvelle présidente de la SAF

Son parcours :

  • Professeur Honoraire des Universités (La Sorbonne)
  • Ancienne titulaire de la chaire d’Histoire de l’Art du Moyen Age
  • Ancienne première vice-présidente de l’Université

Les recherches qu’elle a menées :

  • la production artistique dans sa dimension historique
  • la France au XVIe siècle
  • l’Angleterre à la fin du Moyen-Age
  • la Bretagne à la fin du Moyen Age

Quelques-unes de ses publications :

  • Pouvoir ducal, religion et production artistique en Basse-Bretagne 1350-1575 (1987)
  • Art et société en France au XVe siècle » (dir.) (Maisonneuve et Larose, 1999)
  • Les sculptures anglaises d’albâtre au musée national du Moyen Âge » (RMN, 1998) 

Elle est également traductrice de l’anglais.

Les 150 ans de la Société archéologique du Finistère

Officiellement, elle existe depuis 1873, ce qui l’a amené à fêter ses 150 ans en décembre 2023. En réalité, la situation est plus complexe. Elle a été créée en fait en 1846 avant de disparaître rapidement, ayant été jugée menaçante par le pouvoir impérial.

Elle renaît donc en 1873. Dans les années qui suivent, la vie de la SAF est plus mouvementée qu’il n’y paraît. La société savante est le théâtre de luttes diverses, d’ego comme de doctrines d’interprétation du passé.

Visite du Musée des Beaux-Arts de Quimper. Colloque SAF 150. Photo : FB
Visite du Musée des Beaux-Arts de Quimper. Colloque SAF 150. Photo : FB

Yves Coativy, alors président de la SAF, a présenté une communication à ce sujet lors du colloque organisé à l’occasion de ce 150e anniversaire. Le colloque s’est déroulé sur trois journées, les 30 novembre, 1er et 2 décembre 2023, au Château de Lanniron à Quimper, en présence de plusieurs dizaines de personnes. Une publication des actes est en préparation.

Stefan Mäder, chercheur autrichien indépendant. Photo : FB
Stefan Mäder, chercheur autrichien indépendant. Photo : FB

Les autres interventions :

  • Stefan Maeder : Un regard humaniste sur le phénomène mégalithique en Europe et ailleurs
  • Patrick Galliou : Les Celtes. Mythes et réalités.
  • Fañch Broudic : Les questionnaires de visites canoniques, révélateurs de la pratique sociale du breton dans le Trégor et le Vannetais.
  • Sophie Le Goff : Comment écrit-on l’histoire de la Bretagne au Moyen-Âge ?
  • Michèle Boccard : Les enclos paroissiaux entre tradition gothique et inspirations nouvelles.
  • Fañch Postic : Les échanges entre érudits de la SAF et les Gallois au XIXe siècle.
  • Marie-Morgane Abiven : Vivre sur l’île de Molène 2000 ans avant J.-C. grâce à la réalité virtuelle.

Julien Maunoir. Journal latin des missions 1631-1650.
Julien Maunoir. Journal latin des missions 1631-1650.

Ouvrages publiés par la SAF

  • Chanoine Jean-Louis Le Floc’h. Le diocèse de Quimper entre Révolution et Séparation. Préface de Yves Coativy, édition et postface par Yann Celton. Quimper, Société archéologique du Finistère, 2022.
  • Maunoir Julien, Morvannou Fañch, Queinnec Hervé. Journal latin des missions : 1631-1650 : le bienheureux Julien Maunoir, missionnaire de Bretagne. Quimper, Société archéologique du Finistère, 2020. Écrit de 1631 à 1683, ce document est maintenant proposé sous la forme de pages doubles, latin et français.
  • Chauris Louis, Andrieux Jean-Yves. Le Kersanton une pierre bretonne. Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2010.
  • Daniel Tanguy (Dir.), Castel Yves-Pascal, Pennec Albert, Kerherve Jean, Brignaudy Anne, Le Bihan Jean-Pierre. Les vitraux de la cathédrale Saint-Corentin de Quimper. Rennes : Presses universitaires de Rennes, Quimper : Société Archéologique du Finistère, 2005.
  • Quaghebeur Joëlle. La Cornouaille du IXème au XIIème siècle. Mémoires, pouvoir, noblesse. Quimper : Société archéologique du Finistère, 2001.
  • Tanguy Bernard, Daniel Tanguy. Sur les pas de Paul Aurélien. Colloque international, Saint-Pol-de-Léon, 7-8 juin 1991. Brest, Centre de Recherche Bretonne et Celtique ; Quimper, Société archéologique du Finistère, 1997.
  • Tanguy Bernard. Histoire de Quimper : entre légende et histoire (Vème-XIème siècle). Quimper, Société archéologique du Finistère, Toulouse, Éditions Privat, 1994.
  • Thomas Georges-Michel, Castel Yves-Pascal, Daniel Tanguy, Mussat André. Artistes en Bretagne : dictionnaire des artistes, artisans et ingénieurs en Cornouaille et en Léon sous l’Ancien Régime. Quimper, Société archéologique du Finistère, 1987.
  • Thomas Georges-Michel, Castel Yves-Pascal, Daniel Tanguy, Mussat André. Artistes en Bretagne : dictionnaire des artistes, artisans et ingénieurs en Cornouaille et en Léon sous l’Ancien Régime. Quimper, Société Archéologique du Finistère, 1987.

Le Bulletin de la Société archéologique du Finistère

La Société publie chaque année un bulletin d’environ 500 pages structuré en rubriques :

  • « Archéologie » : notices d’archéologie finistérienne de l’année et études plus complètes sur certains lieux ou synthèses.
  • « Patrimoine, art, histoire » : études et découvertes concernant les monuments et objets d’art du Finistère ; description des dernières acquisitions du Musée départemental breton ; articles.
  • « Histoire et Société » : articles.
  • Langue et littérature bretonnes et celtiques » : chronique et articles.
  • Chronique des archives et des bibliothèques du Finistère.
  • Comptes rendus bibliographiques et procès-verbaux des séances et des excursions.

En 2018, la Société archéologique du Finistère a consacré exceptionnellement son bulletin à un thème : la commémoration de la fin du premier conflit mondial. Une série d’articles concerne les liens entre le Finistère et la Grande Guerre. Ils abordent, dans l’ordre alphabétique des auteurs, des sujets aussi variés que la prostitution, les hôpitaux, les câbles sous-marins, les visites du président Wilson, etc. Les éléments colorés du beau vitrail de la chapelle de Ty-Mamm-Doue (Quimper) donnent les clés du succès des dernières batailles de l’automne 1918.

Coativy Yves, Daniel Tanguy (dir.) 1914-1918, Le Finistère dans la Grande Guerre. Quimper, Société archéologique du Finistère, 2018.

Tables des Bulletins de la SAF

  • Les tables des matières des bulletins sont consultables en ligne : années 1886-1874 et 2017-1887, y compris les résumés en français, en breton et en anglais, en cliquant ici.
  • Les adhérents de la Société archéologique du Finistère peuvent consulter et télécharger les tables et les bulletins de 1873 à 1970 en cliquant ici.
Excursion de la SAF. Dolmen de Kerugou en Plomeur, juin 2022. Photo DR.
Excursion de la SAF. Dolmen de Kerugou en Plomeur, juin 2022. Photo DR.

Les excursions et séances proposées par la SAF

  • Quatre excursions sont organisées à la belle saison (de mai à septembre). L’excursion d’été (fin du mois de juillet ou début du mois d’août) est organisée plus spécialement à l’intention des adhérents qui résident hors du département.
  • Sept séances ont lieu chaque année. On peut y entendre des conférences, des comptes rendus d’ouvrages, ou des informations sur la vie de la Société. Elles ont lieu le dernier samedi de chaque mois.

Adresses et contacts

  • Société archéologique du Finistère, 8 c, rue des Douves, BP 81156 Quimper
  • Tél. : 02 98 95 08 21
  • Mail : soc.archeo.finistere@orange.fr
  • Cotisation annuelle : une personne : 42 € , couple : 45 €, cotisation de soutien : 50 € ou plus, étudiants de moins de 25 ans : 17 €.

Site internet

Le site propose, outre les informations déjà renseignées, plusieurs onglets :

  • Un inventaire participatif des croix et calvaires, des fontaines, mégalithes et stèles de l’Âge du fer
  • Une bibliothèque de liens vers de multiples autres sites
  • Une page audio et vidéo avec la possibilité d’écouter les podcasts historiques de Radio Évasion. Pauline Huon raconte ainsi les banquets romains dans une émission de janvier 2022.

Composition du bureau

  • Présidente : Christiane Prigent
  • Vice-présidents : Marie-Morgane Abiven et Hervé Quéinnec
  • Secrétaire : Annie Vavasseur
Relief funéraire ou Repas funèbre https://commons.wikimedia.org/
Relief funéraire ou Repas funèbre. https://commons.wikimedia.org

Histoire et patrimoine de Kemperle (HPK)

L’association quimperloise Histoire et Patrimoine de Kemperle s’est fixé plusieurs objectifs :

  • défendre le patrimoine historique civil et religieux sous toutes ses formes (lanceur d’alerte) ;
  • faire connaître l’histoire de Quimperlé et de sa région par tout moyen ;
  • publier un Bulletin annuel et des ouvrages variés;
  • organiser des visites expliquées de la Ville ou de monuments;
  • recueillir des témoignages d’anciens lors d’interviews (archives orales);
  • organiser chaque année une sortie afin de découvrir une ville de Bretagne, mais aussi des conférences et des concerts  sur la base du bénévolat.
  • encourager la recherche et apporter son concours à tout ce qui contribue à mettre en valeur le patrimoine.
Redécouverte du mobilier de la Chapelle de Rosgrand avec Alain Daniel. Photo DR.
Redécouverte du mobilier de la Chapelle de Rosgrand avec Alain Daniel. Photo DR.

Le riche historique d’une société d’histoire

HPK résulte de la fusion entre la Société d’Histoire du Pays de Kemperle (SHPK) et l’Association des Amis de Sainte Croix de Quimperlé. Précédemment, le « Comité Jean de Montfort » s’était fixé comme but premier de donner dans l’ancienne abbatiale de Sainte-Croix de Quimperlé une sépulture décente aux restes du duc Jean de Montfort. 

La SHPK, qui lui succède, élargit ensuite son action à la publication de bulletins et d’ouvrages sur l’histoire de Quimperlé et de son pays et à la défense et à la sensibilisation du patrimoine quimperlois.

Cartulaire de Sainte-Croix de Quilmperlé
Cartulaire de Sainte-Croix de Quilmperlé

L’Association des Amis de Sainte-Croix de Quimperlé avait été fondée quant à elle en 1997 pour faire connaître cette ancienne abbaye prestigieuse en organisant un colloque scientifique avec l’aide du CRBC (UBO). À partir de 2004, elle a agi avec persévérance jusqu’en 2014 pour la publication en fac-similé avec le concours d’universitaires et par les (Presses Universitaire de Rennes du fameux cartulaire de Quimperlé, conservé à la British Library à Londres et dont la dernière publication remontait à 1902. L’ouvrage est désormais épuisé.

L'Abbaye Saint-Maurice de Carnoët à la fin de l'Ancien Régime, par Rémi Toupin
L’Abbaye Saint-Maurice de Carnoët à la fin de l’Ancien Régime, par Rémi Toupin

Publication d’ouvrages

  • Rémi Toupin. L’Abbaye Saint-Maurice de Carnoët à la fin de l’Ancien Régime.
  • Histoire des Noms de rues et des lieux-dits. Une autre histoire de Quimperlé
  • Alain Pennec. Prestige d’une cité bretonne, Quimperlé.
  • Quimperlé et les Quimperlois pendant la Première Guerre mondiale
  • Liste des ouvrages et articles écrits par les historiens de la SHPK depuis 1980 https://hpk29.org/ouvrages/
  • Bulletins de la Société d’histoire du pays de Kemperle (nouvelle série) : https://hpk29.org/wp-content/uploads/2024/01/Bulletins-de-la-SHPK-2024.pdf

Site internet 

Adresse : https://hpk29.org/

De multiples contributions sur l’histoire du pays de Quimperlé et au-delà sont accessibles en ligne sur les pages Actualités et  Patrimoine du site, par exemple : 

  • Le voyage de Napoléon III en Bretagne en août 1858
  • Découverte d’une cavité pendant les travaux de la rue de la Paix en novembre 2020
  • Défense et valorisation du patrimoine de Quimperlé.
Alain Pennec, président d'Histoire et Patrimoine de Kemperle, ici lors du congrès 2021 du centenaire de la SHAB à Rennes. Photo : FB
Alain Pennec, président d’Histoire et Patrimoine de Kemperle, ici lors du congrès 2021 du centenaire de la SHAB à Rennes. Photo : FB

Vie associative

Nombre d’adhérents : 119, et… plus aujourd’hui avec quelques retardataires.

  • Dont 65 personnes de Quimperlé,
  • 35 de la Communauté de communes
  • Et d’autres de Lorient et sa région, Quimper, Nantes, Rennes

Lieu des réunions : Maison des Associations, 2 Bis Avenue de Coat Ker, Quimperlé

Le Bureau d’Histoire et Patrimoine de Kemperle (HPK)

  • Président : Alain Pennec
  • Vice-présidente : Anne-Marie Beaufils
  • Conseiller juridique : Gérard Guigourès
  • Secrétaire : Yvette Tibulle
  • Secrétaire-adjoint : Jean Jacques MONTAGNER
  • Trésorière : Nicole Clauss
  • Trésorier-adjoint : Michel Landurant
  • Membres délégués à une mission : Isabelle PODEUR, Monique Quéré , André Delbove et Maryvonne Goaper.

Centre généalogique et historique du Poher

Créé fin 1995, le CGHP a une double vocation : 

  • Faciliter les recherches généalogiques de ses adhérents 
  •  Et contribuer à la connaissance de l’histoire du Poher. 

Ce terroir au caractère marqué rassemble les communes situées dans un cercle de 40 km de rayon autour de Carhaix. Notre aire d’étude ne correspond pas à l’aire historique du Poher, d’ailleurs difficile à définir, et qui a fortement évolué au cours des siècles. Il s’agit plus d’un « bassin de vie ». La Haute-Cornouaille, avec Carhaix, en est le cœur, mais il regroupe aussi les zones d’influence des villes de foire situées aux confins du Poher : Callac, Huelgoat, Rostrenen, Gourin et Châteauneuf-du-Faou. 

Carte de l'aire d'étude du Poher
Carte de l’aire d’étude du Poher

Relever les actes de baptêmes, mariages, sépultures des registres paroissiaux et les actes des naissances, mariages, décès de l’état civil constitue la vocation première d’une association généalogique. Depuis 1995, grâce au travail continu des adhérents, près de 3,5 millions d’actes ont été relevés. Cela va des baptêmes à Plouguernével en 1558 jusqu’aux derniers actes disponibles de l’état civil des 119 communes de notre aire d’étude. Ces actes sont à la disposition des adhérents via notre site internet.

Carhaix, gouren
Carhaix, gouren. Archives Michel Bouguennec. Photo DR.

Kaier ar Poher/Le Cahier du Poher

Lors de sa création, le CGHP se dote d’un bulletin de liaison : Al lizher ar Poher/La lettre du Poher. Rapidement, le besoin de permettre aux adhérents de s’exprimer sur des thèmes historiques se fait sentir et donne lieu à la création d’une revue trimestrielle : Kaier ar Poher/Le Cahier du Poher, en décembre 1998.

Ce premier numéro aborde les révoltes paysannes : « Les révoltés du Prieuré de Landugen en Duault », un épisode de la révolte des Bonnets rouges, sous la plume de Marie Guezennec et « Une rébellion au bourg de Berné », en 1751, sous celle de Geneviève Audren. Depuis, 120 auteurs ont publié plus de 800 articles.

Revue grand public, le Kaier ar Poher est ouvert, avant tout, à la publication des travaux des adhérents du CGHP, dans la diversité de leurs approches, des thèmes abordés, des périodes étudiées. Des articles écrits par des historiens et des chercheurs comme Patricia Dagier, Martine Fabre, Daniel Giraudon, Éva Guillorel, Bernard Lasbleiz, Yvon Le Rol, Frédéric Morvan, Nadine Pellen, Pierre-Yves Quémener, Aliénor Samuel-Hervé ou Bertrand Yeurc’h, y ont toute leur place.

Carhaix, boulangerie, patisserie
Carhaix, boulangerie, patisserie. Archives Michel Bouguennec

Informations pratiques

  • Centre généalogique et historique du Poher : Boulevard de la République — BP 251 – 29 834 Carhaix-Plouguer Cedex
  • Contact : cgh.poher@wanadoo.fr et 02 98 93 23 89 aux heures de permanence. Permanence : chaque jeudi de 14 h à 17 h
  • Site Internet : http://cghp-poher.net/
  • Adhésion : 35 € donnant accès aux bases de données et à l’abonnement au Kaier ar Poher

Société d’études de Brest et du Léon

Elle a été fondée en février 1954 par un groupe de Brestois, tant de naissance que de cœur, pour animer la vie culturelle et intellectuelle brestoise et dans le but d’éditer Les Cahiers de l’Iroise, dans un esprit d’ouverture vers la Cornouaille, le Trégor, le Vannetais, voire, même la Bretagne en général pour écrire des pages du patrimoine historique, culturel, artistique, littéraire de ces régions.

Le site de la Société d'études de Brest. En tête. Captation d'écran
Le site de la Société d’études de Brest. En tête. Captation d’écran

Dans une ville autrefois dépourvue de toute tradition universitaire, juridique ou culturelle et tout entière tendue vers la production et la gestion d’une marine de guerre, des sociétés intellectuelles ou savantes se sont consacrées dans le passé à l’éducation du plus grand nombre comme à la pure recherche littéraire, historique ou scientifique. Les Cahiers de l’Iroise se situent dans cette continuité historique.

Les fondateurs de la SEBL.© Pierre Le Bris / Dielloù Charlez ar Gall / Archives Charles Le Gall
Les fondateurs de la SEBL.© Pierre Le Bris / Dielloù Charlez ar Gall / Archives Charles Le Gall

Les fondateurs étaient des personnalités dont la mémoire brestoise a retenu les noms : Robert Bellec, Auguste Bergot, Dr Bodeau, André Delalande, Léontine Drapier-Cadec, Jean Foucher, Maurice Gravot, Robert Gravot, Pierre Le Bris, Fernand Le Chuiton, Charles Le Gall, Mme Le Goff, Charles Le Roy, Pierre-Marie Mével, Charles-Yves Peslin, Edmond Soufflet, Charles Théréné et Georges-Michel Thomas.

L'assistance lors d'une conférence des Cahiers de l'Iroise sur Charlez et Chanig ar Gall. Photo DR.
L’assistance lors d’une conférence des Cahiers de l’Iroise sur Charlez et Chanig ar Gall en 2017. Photo DR.

Activités

  • Conférences mensuelles sur la cité du Ponant, le Finistère et la Bretagne
  • Visites
  • Journées d’étude
  • Et, surtout, édition des Cahiers de l’Iroise.
  • L’adhésion à la Société d’Études de Brest et du Léon est ouverte aux personnes physiques et aux associations.
  • La cotisation annuelle à 30 € permet de recevoir deux numéros de série. La cotisation de soutien à 55 € permet de recevoir ces deux numéros + le hors-série. Les adhésions pour l’année en cours sont possibles jusqu’au 1er décembre.
  • Bulletin d’adhésion
  • À Brest, on peut se procurer les Cahiers à la librairie Dialogues et à l’enseigne Brest Philatélie.
Les Cahiers de l'Iroise. Trois numéros récents.
Les Cahiers de l’Iroise. Trois numéros récents.

Les Cahiers de l’Iroise

La revue paraît deux fois par an et propose en outre un hors-série annuel à l’occasion des Journées européennes du Patrimoine.

Les volumes d’environ 160 pages se composent d’articles regroupés autour d’un sujet précis, de quelques rubriques et de comptes rendus d’ouvrages et d’expositions.

Illustration pour les Cahiers de l'Iroise © Patrice Pellerin 2022
Illustration pour les Cahiers de l’Iroise © Patrice Pellerin 2022

Prochains numéros :

  • Juin 2024, n° 242 : Corsaires & armateurs
  • Septembre 2024, hors-série n° 12 : La « Jeanne d’Arc »
  • Décembre 2024, n° 243 : Les commerces brestois
Le premier numéro des Cahiers de l'Iroise
Le premier numéro des Cahiers de l’Iroise

Quelques exemplaires du tout premier numéro des « Cahiers de l’Iroise » sont encore disponibles.

Tous les sommaires des « Cahiers » sont accessibles en ligne, de même que tous les visuels de couverture numérisés. Certains numéros peuvent toujours être commandés en ligne selon leur disponibilité et en particulier le tout premier numéro. Ce ne sera plus le cas à la fin de l’année 2024, sauf pour ceux parus depuis 2014.

Depuis le premier en 1954, ce sont 241 numéros qui ont été publiés.

Logo des Cahiers de l'Iroise (à gauche) et sceau du 70e anniversaire
Logo des Cahiers de l’Iroise (à gauche) et sceau du 70e anniversaire

Un logo datant de 1992

  • Les couleurs sont le bleu et le vert, comme dans de nombreux documents graphiques en Bretagne
  • Le point, « comme un point sur un i », celui d’Iroise, à fort impact visuel
  • Le carré, symbole de stabilité
  • La vague exprime d’abord la « maritimité » de Brest.

Une originale chronique participative des fureteurs et des curieux

Elle figure dans chaque numéro depuis les débuts. À titre d’exemple, la question n° 1300 s’interroge sur l’origine du toponyme brestois « La Cavale blanche », dont l’équivalent breton « Ar gazeg wenn » aurait plutôt le sens de « La jument blanche ». Or la Cavale blanche serait le quartier où l’on rattrapait les fugitifs éperdus, évadés du bagne de Brest. La revue fait appel à ses lecteurs : l’un d’entre eux connaîtrait-il l’origine de ce toponyme français qui n’a été bretonnisé que très récemment ?

Le bureau de la SEBL (Société d'études de Brest et du Léon). © Francois-Olier.
Le bureau de la SEBL (Société d’études de Brest et du Léon). © Francois-Olier.

Contacts

Le bureau de la Société d’études de Brest et du Léon :

  • Yves Coativy Président d’honneur
  • Gérard Cissé Vice-président d’honneur
  • Dominique Derrien Président
  • Brieg Haslé-Le Gall Vice-Président
  • Chantal Rio Secrétaire
  • Hugues Courant Secrétaire adjoint
  • Rémi de Kersauson Trésorier
  • François Olier Trésorier adjoint

Loire-Atlantique

La Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique (Sahnla)

La société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique (SAHNLA)

Elle a pour principal objectif de promouvoir et de faire rayonner la culture et l’histoire de ce département en diffusant des études scientifiques publiées dans son Bulletin annuel sous la forme d’articles de recherche auxquels s’ajoutent les contributions des services patrimoniaux.

ncendie de la cathédrale de Nantes en 2020
Incendie de la cathédrale de Nantes en 2020. Photo DR.

La Sahnla a également pour objectif de rendre accessible au plus grand nombre les principaux acquis de la recherche menée par des chercheurs associés ou des chercheurs institutionnels. Ses pages, également ouvertes aux professionnels du patrimoine, n’en restent pas moins accessibles aux amateurs éclairés.

La Sahnla organise chaque année un cycle de 7 à 8 conférences ouvertes au public, souvent en lien avec l’actualité ou avec les expositions en cours. La Société participe aux congrès et colloques organisés dans le département de Loire-Atlantique et la Région Bretagne, soit par une participation financière, soit par une participation scientifique. 

L’histoire et le patrimoine nantais emblématique

La Société publie depuis 1859 une revue annuelle (350 à 450 pages), diffusée dans l’ensemble de la France et à l’étranger. Elle met à la disposition de tous, sur son site internet, des informations et documents ayant trait à l’histoire et au patrimoine nantais emblématique. Par ses activités, la Sahnla contribue à une meilleure connaissance et à l’appropriation d’un territoire de proximité, tissant un lien social précieux.

Les volumes du Bulletin annuel constituent un ensemble indispensable à la connaissance de l’histoire locale. La tête de collection est consultable en ligne. De 1859 au lendemain de la première guerre mondiale, la Société a publié chaque année un bulletin en quatre puis deux livraisons. Depuis, à chaque année correspond un volume. 

Il a été établi cinq tables méthodiques pour la période allant de l’origine à 1968, bientôt disponibles en ligne. La tête de collection, numérisée par la Bibliothèque nationale de France, est consultable sur le site GALLICA  :

Ces bulletins peuvent être téléchargés au format pdf. 

La collection est également consultable en version numérique océrisée jusqu’en 1940 sur le site des bibliothèques du département de Loire-Atlantique : 

http://bibliotheques-specialisees.loire-atlantique.fr

Infos pratiques

Clisson histoire et patrimoine

Clisson, vue générale. Photo DR.
Clisson, vue générale. Photo DR.

Une association de création récente

En 2005, la ville de Clisson a décidé de rendre hommage aux frères Cacault qui, au XIXe siècle, ont œuvré pour la reconstruction de Clisson en lui donnant son caractère italianisant et son pittoresque.

Jusque-là hébergée au sein d’une autre structure, l’association prend en 2006 le nom de « Clisson histoire et patrimoine ». Elle se fixe pour objectif de mettre en valeur « de manière modeste » les différents éléments du patrimoine de la ville de Clisson et participer ainsi au rayonnement de son histoire locale en vue d’en faire profiter les générations à venir.

L’association s’implique pour la défense et la protection du patrimoine clissonnais. Elle procède au recensement du patrimoine remarquable. Par des visites aux cimetières, par exemple, elle découvre des monuments funéraires témoins architecturaux d’une époque et recherche les personnes ayant compté dans la vie de la cité.

Clisson, porte sud. Photo DR.
Clisson, porte sud. Photo DR.

Son ambition

  • conserver
  • répertorier
  • mettre ses archives à la disposition du grand public
  • permettre la consultation à toute personne intéressée.

Activités

  • Conférences et exposition annuelle sur des thèmes concernant toujours Clisson et sa vallée.
  • Participer aux projets tels que l’obtention du label Pays d’Art et d’Histoire et l’inscription des Marches de Bretagne au patrimoine national de l’UNESCO.
Manuscrit du fond d'archives. Capture d'écran
Manuscrit du fond d’archives. Capture d’écran

Un fond de documentation

L’association a pu constituer un important fond de documentation intéressant l’histoire de Clisson. En dix-huit ans, elle a ainsi réuni…

  • des documents officiels ou privés,
  • des photos,
  • des cartes postales,
  • des plans
  • et bien d’autres objets illustrant l’histoire de la ville.
Maison à encorbellement. Carte postale
Maison à encorbellement. Carte postale

Ci-dessus : rare maison à encorbellement qui ait subsisté après la tourmente révolutionnaire.

Environ 7 500 photos numérisées sont disponibles. Elles ne peuvent pas être extraites du local. Cependant, des photocopies peuvent être réalisées moyennant une participation des personnes intéressées.

Les collections s’enrichissent régulièrement avec l’apport de dons de Clissonnais.

Trois publications de Clisson histoire et patrimoine. Capture d'écran.
Trois publications de Clisson histoire et patrimoine. Capture d’écran.

Publications

L’association propose sur son site internet 13 brochures, ouvrages et catalogues d’exposition en rapport avec l’histoire de la ville de Clisson. Le site n’indique pas s’il est possible d’en faire l’acquisition, ni a fortiori à quel prix. Quelques titres :

  • Clisson, ville fortifiée
  • 150 ans de chemin de fer
  • Festivités et distractions en pays clissonnais
  • 14-18. Clisson dans la Grande guerre, incluant un CR-rom des 600 Clissonnais qui furent mobilisés
  • Clisson au temps des ducs de Bretagne
  • Olivier de Clisson, connétable de France, grand seigneur breton (1336-1407)
Statue de Saint-Gilles. Photo DR.
Statue de Saint-Gilles. Photo DR.

Ci-dessus : La statue est l’œuvre du Clissonnais Bodet, en rappel du passé du quartier du même nom où travaillaient de nombreux tisserands. Elle représente Saint-Gilles. Au centre de la croix figure une navette, symbole de la profession.

Publications en ligne

  • Site internet : https://www.clissonhistoireetpatrimoine.fr/ Le site se veut ludique et informatif, et il l’est. Il propose même une intéressante vidéo sur les archives réunies par l’association (voir capture d’écran, supra). Mais il y manque des adresses de contact, de même que celle du local où il est possible de consulter l’iconothèque deux fois par mois.
  • Par contre, des pages d’histoire locale peuvent être consultées directement sur le site :
  • Origines de Clisson
  • Les seigneurs de Clisson
  • Les ducs de Bretagne
  • Les guerres de Vendée
  • La reconstruction de Clisson
  • Les maires de Clisson

Contact

  • Siège social : 3, grande rue de la Trinité 44190 Clisson
  • Adresse postale : Clisson Histoire et Patrimoine, chez M. Robert Hyvert, 3, la Clavelière, 44690 CLISSON
  • Prise de contact : se rendre sur le site internet et remplir le formulaire ad hoc.

Composition du bureau

  • Président d’honneur : Armand GOURAUD
  • Président : Robert HIVERT
  • Trésorier : Bernard NEAU
  • Trésorière adjointe : Ghislaine ARNULF
  • Secrétaire : Danièle MABIT
  • Secrétaire adjoint : Jacques LEVESQUE

La Société des Amis de Guérande

La Société des Amis de Guérande a pour objet de contribuer à la sauvegarde et à une meilleure connaissance du patrimoine historique et artistique de la ville et du pays de Guérande. Pendant 77 ans, elle a administré le musée du Pays de Guérande, fondé en 1928 et situé porte Saint-Michel, monument historique du XVe siècle. Elle a installé en 1992-1993 une bibliothèque, réservée à ses membres, riche de près de 8 000 volumes.

Guérande, vue aérienne. Photo DR.
Guérande, vue aérienne. Photo DR.

Activités

Blason Porte Saint-Michel Guérande. Photo DR.
Blason Porte Saint-Michel Guérande. Photo DR.
  • Édition des Cahiers du Pays de Guérande (voir ci-après).
  • La commission « Héraldique » vise à faire un inventaire des écus présents dans la région et de réaliser une base de données accessible au plus grand nombre.
  • La section « Mémoire vivante » se donne pour but de restituer le passé récent de la ville, des années 1960 à nos jours, en faisant appel à la mémoire des habitants.
  • Des conférences sont organisées chaque année sur des thèmes différents : les sites archéologiques découverts par avion, l’île Dumet, les contes et légendes de la Presqu’île, la compagnie des Indes, l’architecture balnéaire… Elles sont ouvertes aux non adhérents et gratuites.
Sortie au manoir de Tesson en 2010. Photo DR.
Sortie au manoir de Tesson en 2010. Photo DR.

Contacts et adresses

  • Président : Josick Lancien
  • Vice-président : Alain Gallicé     
  • Trésorier : Jacky Butrot
  • Trésorier adjoint : Jean-Pierre Coquard
  • Secrétaire : André Berthe
  • Société des Amis de Guérande, 6 rue de la Trémillais, 44350 Guérande
  • Tél. : 02 40 70 32 54
  • Cotisation : individuelle : 38 €, couple : 30 €, étudiant : 15 €
  • Site internet : https://www.amisdeguerande.com/
Les Cahiers du Pays de Guérande, n° 75, 2023.
Les Cahiers du Pays de Guérande, n° 75, 2023.

Les Cahiers du Pays de Guérande

Ils ont pris la forme actuelle en 1968. Depuis 2001, ils sont devenus une revue de pays qui se compose de trois parties : un dossier, les actualités du patrimoine et les « Études et documents sur le Pays de Guérande ».

Ils répondent à un projet intellectuel et culturel qui centre sa réflexion sur le territoire du Pays guérandais au sens large : entre Loire et Vilaine, océan Atlantique et Brière. Il vise à préciser et expliquer l’originalité et l’identité du Pays guérandais par l’histoire et l’étude du patrimoine.

Le Pays guérandais a fait depuis plusieurs années l’objet d’études historiques qui ont remis en question bon nombre d’idées reçues, renouvelé les problématiques, apporté de très nombreux éléments nouveaux de connaissances. Le patrimoine est une autre entrée pour appréhender le territoire.

Les Cahiers du Pays de Guérande sont ouverts aux contributions d’érudits consacrées à l’histoire et du patrimoine du Pays guérandais.

Les halles de Guérande. Photo DR.
Les halles de Guérande. Photo DR.

Société

Société des historiens du pays de Retz

Site internet de la Société des historiens du pays de Retz. En-tête. Photo DR.
Vous êtes bien ici sur le site de Bretagne Histoire. L’illustration ci-dessus est celle de l’en-tête du site internet de la Société des historiens du pays de Retz. Photo DR.

La Société d’études et de recherches historiques sur le Pays de Retz a été créé en 1981 avec l’idée de définir une véritable charte proposant des orientations historiques en lien avec les caractères d’un pays de marches situé entre Bretagne et Poitou, où l’histoire reconnaît une mixité des cultures et des tempéraments. Daniel Andrejewsky avait alors contacté les historiens locaux pour leur demander s’ils souhaitent s’associer à un travail collectif sur les abbayes du pays de Retz.

La Société des Historiens du Pays de Retz a un but idéal : apporter sa contribution au développement culturel du pays de Retz et promouvoir une pédagogie d’histoire locale. Son action se détermine tant par une action spécifique orientée vers la recherche historique.

La Nouvelle Maison de l'Histoire (NMH) du pays de Retz à La Bernerie-en-Retz. Photo DR.
La Nouvelle Maison de l’Histoire (NMH) du pays de Retz à La Bernerie-en-Retz. Photo DR.

Une originale Maison de l’histoire

Installée à La Bernerie-en-Retz, la Nouvelle Maison de l’Histoire (NMH) est l’établissement culturel géré par la Société des Historiens du Pays de Retz. Siège social de l’association, c’est aussi un centre d’interprétation sur l’histoire du pays de Retz.

La NMH est composée d’un centre documentaire et de deux salles destinées aux expositions, conférences, formations, réunions à caractère culturel, historique et patrimonial. Elle permet d’organiser des animations à destination de tous les publics : des ateliers pédagogiques et thématiques (lecture de paysage, contes et légendes, vieux langage) y sont proposés, tout comme une formation à la recherche historique et généalogique.

L’ancienne gare de La Bernerie-en-Retz. Construite en 1878, elle se situait sur la ligne Nantes-Pornic. Photo DR

Infos pratiques

  • Adresse de la Société des historiens du pays de Retz : Ancienne gare de la Bernerie, Rue du Clos du Pin, 44760 La Bernerie-en-Retz.
  • Contact téléphone : 02.51.74.63.73
  • Adresse mailcontact@shpr.fr
  • Site internet : https://www.shpr.fr/
Bulletin des historiens du Pays de Retz, n° 14.
Bulletin des historiens du Pays de Retz, n° 14.

Depuis 1982, la société publie chaque année une revue qui s’intitule tout simplement Bulletin de la Société des Historiens du Pays de Retz. Les sujets abordés portent sur l’identité de ce territoire, les personnages marquants et les lieux où domaines remarquables. De nombreux auteurs, historiens professionnels et amateurs passionnés permettent de connaître le passé parfois mouvementé de ce pays de marches bordé par la Loire, la mer et l’ancien Poitou.

La volonté des fondateurs a été de s’appuyer sur des sources incontestables, privées ou publiques, qui sont indiquées à la fin de chaque article pour permettre aux étudiants et chercheurs de rédiger leur thèse ou leurs ouvrages. Ces revues sont destinées aux amateurs d’histoire et aux professionnels avec une documentation iconographique souvent inédite. Depuis quelques années, des numéros spéciaux à thème et entièrement en couleurs ont été également publiés avec le soutien financier de l’association des maires du pays de Retz.

Hors-série du Bulletin 2023 sur L'identité du Pays de Retz.
Hors-série du Bulletin 2023 sur L’identité du Pays de Retz.

Un hors-série sur l’identité du Pays de Retz

Argumentaire

Le Bulletin propose de faire le point sur les caractères qui, dans l’histoire, constituent le pays de Retz en tant que territoire organisé et communautaire. On examinera les notions d’entité et d’identité territoriales à travers son histoire ainsi que les variations avérées, soit historiques soit géographiques ou ethnographiques. La revue se propose de répondre aux questions suivantes :

  • Le pays de Retz est-il homogène ou hétérogène ?
    Se caractérise-t-il par sa diversité ou bien son unité, ou encore par sa diversité dans l’unité ?

Sommaire

  • – Entité et mosaïque territoriale. D. Pierrelée
  • – Du pagus ratiatensis, possible arrière-port de Ratiatum, au pays des Raciates mérovingien. Y. Lostanlen
  • – De la vicaria de Rais à la baronnie de Rais (IXe siècle – fin du XIe, voire début du XIIe)/ N.-Y. Tonnerre.
  • – La baronnie de Rays, histoire de sa formation jusqu’à son érection en duché en 1581. Y. Airiau
  • – Le pays sous l’Ancien Régime, creuset de l’identité. J.-J. Brégeon
  • – Les cahiers de doléance. A. Junot et J.-L. Ricordeau
  • – Une dislocation du pays de Retz en 1793 ? P. Guitteny
  • – Un pays du conservatisme aux XIXe siècle et 1re moitié du XXe: B. Ratichaux
  • – Comment est regardé et représenté le pays de Retz en 1869 ? L’œil d’Armand Audiganne à la veille de la révolution ferroviaire. V. Mathot
  • – Le pays de Retz sous le prisme des arts et traditions populaires. G. Blin
  • – L’identité religieuse du pays de Retz. M. Baril – Conclusion : Le pays de Retz aujourd’hui ? J.-L. Ricordeau

Le bureau de la Société des Historiens du Pays de Retz

  • Président : Maurice Baril
  • Président d’honneur : Dominique Pierrelée
  • Vice-Président : Jean-Luc Ricordeau
  • Vice-Présidente : Véronique Mathot
  • Secrétaire générale : Mireille Tramaux
  • Trésorier : Clair Patron
  • Pilotage d’opération : Carmela Pesquer
  • Responsable base de données numériques : Pascal Guitteny
  • Responsable site internet : Yves Airiau
  • Responsable réseaux sociaux : Justine Bulard
  • Conseil et orientation : Alain Juno
  • Coutumes et traditions populaires : Guillaume Blin

Morbihan

Asociation des Amis de Vannes

Maisons historiques à Vannes. Photo DR.
Maisons historiques à Vannes. Photo DR.

Protection et mise en valeur

L’association œuvre pour la protection et la mise en valeur des sites et monuments de Vannes et de façon plus générale, pour la protection de son patrimoine historique et culturel.

Elle a pour finalité la sauvegarde du patrimoine architectural et historique vannetais afin de le transmettre aux générations futures. Elle vise à faire mieux connaître, défendre et préserver :

  • le patrimoine architectural et historique
  • son environnement
  • le paysage urbain à Vannes
  • l’accessibilité de la ville aux piétons
  • l’intérêt résidentiel, commercial et touristique du centre-ville historique.

Un historique qui remonte à 1911

L’association « Les Amis de Vannes » fait preuve d’originalité en mettant son historique en ligne sur son site en forme d’un CV rétroactif. La lecture est un peu austère, mais elle est bien instructive.


Elle a été créée en 1911. 75 adhérents sont comptabilisés en avril de cette année-là. Entre 1911 et 1912, neuf plaques commémoratives sont installées dans la ville : elles sont toujours en place actuellement. Sont alors organisés des concerts, des spectacles, des conférences, une exposition et une collecte qui rapporte 5 000 francs or.

Cette somme est remise à la Ville et contribue à l’acquisition de la porte-Prison par la collectivité. Les Beaux-Arts donnent un avis favorable pour son classement aux Monuments historiques.

Alors qu’elle compte 285 adhérents en mai 2014, les Amis de Vannes semblent disparaître durant la Première guerre mondiale et les années qui suivent.

La relance en 1957

L’actuelle association des Amis de Vannes renaît en décembre 1957. Les statuts sont inchangés à ce jour. Elle accompagne le projet de la Ville pour le dégagement des remparts, puis pour la création du secteur sauvegardé. Elle s’implique pour l’installation de grilles mettant en valeur certains édifices. Elle apporte également son soutien à des projets privés tout comme pour la mise en valeur du petit patrimoine.

Remparts de Vannes. Photo DR.
Remparts de Vannes. Photo DR.

Activités

  • Conférences annuelles depuis 1958
  • Expositions régulières, comme en 2011 « Vannes et son patrimoine. Vannes disparue. Vannes sauvegardée ».
  • Grâce à la collaboration des Amis de Vannes, la Ville obtient en 1982 le décret portant création du secteur sauvegardé et en 1994 le label Ville d’art et d’histoire.

Assemblée générale des Amis de Vannes. Les participants. Photo DR.
Assemblée générale 2024 des Amis de Vannes. Les participants. Photo DR.

En avril 2024, les Amis de Vannes interpellent la Ville à propos d’un projet de nouveau musée et de la valorisation des vestiges du château des Ducs révélés par les fouilles archéologiques de 2023.

L’association adhère à la SPPEF (Société pour la protection des paysages et de l’esthétique de la France). Elle est agréée pour la protection de l’environnement.

L’association fait état de 400 adhérents et donateurs. L’assemblée générale du 22 février 2024 s’est tenue à l’auditorium de la Maison des associations.

Bulletin des Amis de Vannes, n° 49-2024.
Bulletin des Amis de Vannes, n° 49-2024.

Publications

Les Amis de Vannes publient un bulletin annuel et des numéros hors-série. Elle a aussi fait paraître des numéros spéciaux, tous épuisés, entre 1977 et 1989.

Le n° 49, de 2024, vient de paraître. Il suffit de se rendre sur le site internet des Amis de Vannes et de cliquer la page des Bulletins pour visualiser la page de couverture et accéder au sommaire de chaque livraison depuis le n° 1. Un clic de plus, et l’on accède au bon de commande. C’est bien conçu et intuitif. Les numéros les plus récents font près d’une centaine de pages.

Hors-série n° 8. La mémoire de l'eau.
Hors-série n° 8. La mémoire de l’eau.

Huit hors-séries thématiques sont disponibles, dont celui sorti en 2020 sur la mémoire de l’eau. Les sommaires ne s’affichent pas, mais le bon de commande si ! Aucun autre hors-série ne paraît avoir été publié depuis.

Les présidents de 1957 à aujourd’hui

  • Me Auguste Droalen, avocat (1957-1985)
  • Bertrand Frelaut, professeur agrégé d’histoire (1985-1998)
  • Me Jean Guitard, avocat (1998-2003)
  • Patrick Lagarden, ingénieur (2004-2012)
  • Me Jean Guitard, avocat (2013-)
Assemblée générale des Amis de Vannes : le bureau. Photo DR.
Assemblée générale 2024 des Amis de Vannes : le bureau. Photo DR.

Le bureau

  • Président : J. Guitard, tel. 09 54 20 09 39
  • Secrétaire : M.-F. Ledouarin, tel 02 97 63 08 84
  • Trésorier : A. Triste, tel 06 15 08 78 92

Contacts

La Société polymathique du Morbihan

Une société deux fois centenaire

Fondée le 18 mai 1826 par le chanoine Mahé, la Société polymathique est la doyenne des associa­tions morbihannaises. Né en 1760 sur l’Ile-d’Arz, le chanoine Mahé est, de 1806 à 1815, conser­vateur de la bibliothèque municipale de Vannes et assure la fonction d’antiquaire spécialisé dans l’étude des traditions populaires. Premier collec­teur de musique traditionnelle en Bretagne, il est aussi le premier président de la Société polymathique. 

À ses débuts, les membres de la société étudient les sciences, les arts, et la philologie. Ils réalisent des inventaires de la faune et de la flore locale. Rapidement les travaux d’érudition s’orientent vers l’archéologie. Les membres de la société sont les découvreurs et les spécialistes des sites emblématiques du département : Carnac, Le Petit Mont…, constituant alors une remarquable collection d’objets, dont il est rendu compte dans le bulletin annuel de la société.

Bulletin de la Société polymathique du Morbihan

Reconnue d’utilité publique en 1877

Le 3 juillet 1877, elle est récompensée pour la qualité de ses travaux : un décret présidentiel déclare la Société polymathique « Établissement d’utilité publique ». Fort d’une reconnaissance qui dépasse désormais les frontières bretonnes, la société joue un rôle majeur dans la protection du patrimoine départemental. 

Elle parvient par exemple à sensibiliser l’opinion afin que l’État se porte acquéreur en 1883 de la Table des Marchands à Locmariaquer. En 1912, elle acquiert Château-Gaillard, un hôtel particulier élevé vers le milieu du XVe siècle, au cœur de la cité vannetaise, pour y installer son musée.

Vannes au Moyen Âge

Connaissance et préservation du patrimoine

Si les collections du musée d’archéologie sont désormais la propriété de la ville de Vannes, l’association œuvre toujours pour la préservation du patrimoine du département. Grâce à la publication de son bulletin annuel, à des ouvrages hors-série, elle contribue à la diffusion de la connaissance du patrimoine historique, archéologique, architectural et scientifique.

Les conférences mensuelles et les sorties thématiques sont aussi des rendez-vous appréciés. Et pour l’ensemble du public qui s’intéresse au patrimoine du département, rappelons qu’elle possède une bibliothèque spécialisée, riche de 25 000 volumes ainsi qu’un fonds d’archives important, consultable sur rendez-vous.

Infos pratiques

  • 300 adhérents – Cotisation : 35 € pour une personne seule, 45 € pour un couple, 20 € pour un étudiant, 45 € pour une personne morale.
  • 8 excursions annuelles
  • Bibliothèque ouverte sur rendez-vous.
  • Publication annuelle des Bulletin et Mémoires de la Société polymathique du Morbihan.
  • Tables publiées pour les années 1826-1996 et 1997-2006 (disponibles au siège de la Société ou par correspondance). 
  • Siège social : 4, rue Noé – 56000 Vannes
  • Bibliothèque : 12, avenue Saint-Symphorien 
  • Tél : 02 97 42 59 80

La Maison forte et le patrimoine de Rhuys

L’objet actuel de l’association est de développer la recherche, la protection et la mise en valeur du patrimoine culturel, historique, archéologique et environnemental de la Presqu’île.

Elle a été constituée sous la dénomination « La maison forte » en 2001, initialement constituée pour la sauvegarde de l’environnement du manoir de Caden (Le Tour du Parc). Elle a ensuite étendu ses actions à toute la presqu’île de Rhuys.

Elle s’est également intéressée au « mur du Roy », cette muraille importante qui fermait les parcs de chasse des ducs de Bretagne. Des recherches ont été menées aux archives départementales du Morbihan, de Loire-Atlantique et des Côtes-d’Armor et en bibliothèque.

Un document particulièrement important a été découvert aux Archives départementales de Loire-Atlantique à Nantes : il s’agit du « Rentier de Rhuys ». Rédigé entre 1506 et 1510, à la demande de la duchesse Anne de Bretagne, ce document s’est révélé riche en informations, non seulement sur le mur du Roy, mais également sur l’historique de la Presqu’île au début du XVIe siècle. Il a fallu plusieurs années pour en réaliser la transcription.

Ce travail a abouti à la publication d’un ouvrage conséquent (voir ci-dessous), la transcription ayant été agrémentée de la présentation de chaque frairie et d’un index des patronymes et des toponymes. En 2015, l’association s’est vu remettre pour ses travaux le prix d’encouragement de la Fédération des Sociétés Historiques de Bretagne.

Activités

  • Original : la présidence de l’association La Maison Forte est assurée par le Conseil d’administration, ce qui veut dire qu’elle est gérée par 10 coprésidents.
  • Tél. 06 22 24 41 90
  • Contact par mail : lamaisonforterhuys@gmail.com
  • Adresse : La maison forte, 9 rue Hent Blein er Raquer, Le Ruault, 56370 SARZEAU
  • Site internet : http://www.lamaisonfortederhuys.fr/ en reconstruction
  • Plus de 200 adhérents
  • Expositions, notamment en 2016 et en 2017 sur le petit patrimoine bâti de la Presqu’île
  • Sorties pour découvrir le patrimoine par les chemins
  • Journée annuelle de l’association, en août, y compris pour découvrir des sites patrimoniaux à l’extérieur de la Presqu’île.
  • Journées annuelles et autres visites

En 2018, la journée s’est déroulée à Suscinio : le château fêtait cette année-là ses 800 ans. On ne sait pas encore avec certitude à quelle date il aurait été construit. La plus ancienne archive exhumée à ce jour est une lettre de 1218.

Les adhérents ont également bénéficié de deux visites des fouilles en cours dans la cour du château de Suscinio, à l’emplacement du logis nord, disparu, commentées par Karine Vincent, archéologue médiéviste.

Publications

Rhuys Rentier de 1506-1510, couverture.
Rhuys Rentier de 1506-1510, couverture.
  • La Maison forte et le patrimoine de Rhuys. Rhuys, ses familles, ses terres sous le règne d’Anne de Bretagne à partir du Rentier de 1506-1510. Préfaces de Gérard Labove, David Lappartient et Jean Kerhervé. Paris, Riveneuve éditions, 2013. 21 x 29,7 cm, 694 pages, ISBN : 978-2-36013-166-2

À une époque qui manque singulièrement de repères, l’Histoire fait partie des énergies indispensables à notre culture. Chacun se cherche un passé prestigieux au travers de ses ancêtres, de sa cité, de sa province, de son pays. Des documents historiques d’exception y participent. C’est le cas du premier inventaire des terres de Rhuys, de ses propriétaires et locataires qu’Anne de Bretagne commande entre 1506 et 1510.

Sous le titre de « Rentier de Rhuys », ce document offre un relevé précis de la Sénéchaussée de Rhuys qui comprenait en outre l’île d’Arz, Houat et Hoëdic, ancêtre du canton actuel de Sarzeau. Seul rentier ordonné par la Duchesse Anne en 26 ans de règne (1488-1514), il témoigne de l’importance qu’avait alors Rhuys pour un souverain breton et représente une contribution importante à la connaissance des dernières années du Duché.

Le présent ouvrage reprend l’histoire du pays de Rhuys de la période gauloise au XIXe siècle, avec la retranscription intégrale et commentée du rentier de Rhuys conservé à Nantes, aux Archives départementales de Loire-Atlantique.

L’association « La Maison forte et le patrimoine de Rhuys » réunit un historien, des paléographes, des cartographes et des chercheurs passionnés.

Autres publications

Si Sarzeau m'était contée, couverture
Si Sarzeau m’était contée, couverture
  • Pierre Beunon. Si Sarzeau m’était contée. Éd. Mairie de Sarzeau, 2018.

Sur la couverture, la mention A fluctibus opes est la devise de Sarzeau. « La richesse vient de la mer. »

  • Pierre Beunon. Nobiliaire et Armorial de Rhuys. Éd. La Maison Forte, 2021.
  • Flânerie dans le bourg de Sarzeau, textes et aquarelles de Joëlle Liénard. Éd. La Maison Forte, 2023.
Flânerie dans le bourg de Sarzeau par Joëlle Liénard. Photo de couverture
Flânerie dans le bourg de Sarzeau par Joëlle Liénard. Photo de couverture

Société d’archéologie et d’histoire du pays de Lorient

Société d’archéologie et d’histoire du pays de Lorient (SAHPL)

Siège de la SAPHL à Lorient, 12 rue Colbert. Photo DR.
Siège de la SAPHL à Lorient, 12 rue Colbert. Photo DR.

Présentation de la SAHPL

Découvrir Étudier Protéger. Telle était la devise proposée par les fondateurs de la SAHPL en 1969. Elle est toujours d’actualité : les recherches et prospections au sol se poursuivent, les découvertes sont étudiées par des membres de la société ou confiées à des spécialistes et enfin tout ce qui est découvert et étudié est déclaré aux services compétents (DRAC, SRA entre autres) et se trouve ainsi protégé du pillage, de la dégradation ou de la disparition.

La SAHPL propose aussi à ses adhérents un local bien équipé et met à leur disposition une bibliothèque de plusieurs centaines d’ouvrages spécialisés, ainsi que de très nombreuses revues, bulletins de sociétés d’archéologie et d’histoire. Les archives de la société sont également accessibles et consultables sur place.

Prospection archéologique par les adhérents de la SAHPL. Photo DR.
Prospection archéologique par les adhérents de la SAHPL. Photo DR.

Activités

La SAHPL, société ouverte à tous, regroupe aujourd’hui plus de 85 personnes d’horizons divers. Les activités proposées sont les suivantes :

  • prospections au sol,
  • recherches historiques aux archives
  • publications d’ouvrages collectifs
  • organisation d’une conférence mensuelle
  • découverte du patrimoine local de chantiers et de fouilles archéologiques
  • sorties trimestrielles qui, au-delà de leur intérêt culturel et patrimonial, réservent souvent de belles surprises et offrent aussi de bons moments de convivialité.
Bulletin de la SAHPL, n° 46 - 2023
Bulletin de la SAHPL, n° 46 – 2023

Le bulletin annuel

La Société d’Archéologie et d’Histoire du Pays de Lorient édite une publication annuelle de ses travaux tant archéologiques qu’historiques, comportant aussi les résumés des conférences de l’année écoulée, des communications de ses adhérents, ou des contributions extérieures le plus souvent inédites.

  • Ce bulletin annuel, de format A4 et en couleur, réservé aux adhérents à jour de leur cotisation de l’exercice, est publié en octobre et mis à leur disposition lors de l’assemblée générale.
  • On peut se le procurer au local Maison des Associations (adresse, plus bas).
  • Nous transmettons aussi ce bulletin aux bibliothèques ou médiathèques des communes voisines, aux archives municipales et départementales.
  • Il est également échangé avec celui d’autres sociétés ou associations, et sa vocation européenne fait qu’on le trouve en Angleterre, en Allemagne à Heidelberg ou en Espagne à Madrid !

Maison des associations de Lorient, place Louis Bonneaud. Photo DR.
Maison des associations de Lorient, place Louis Bonneaud. Photo DR.

Les conférences

Le premier samedi du mois, d’octobre à juin, la SAHPL organise une conférence publique gratuite et ouverte à tous : un exposé d’une heure environ, suivi d’une courte séance de discussion et de questions au conférencier (universitaire, chercheur, professionnel ou amateur).

Les conférences ont lieu dans une des deux salles de la Maison des Associations, 12 rue Colbert, à Lorient.

Le programme annuel essaye dans la mesure du possible d’équilibrer les thèmes et les périodes qui vont de la préhistoire au monde contemporain. Sans oublier cependant que la SAHPL est d’abord une société d’archéologie, géologie, littérature, peinture ou musique font aussi partie des sujets abordés.

Renseignements pratiques

  • Contact tél. : 02 97 64 67 48
  • Mail : sahpl@wanadoo.fr
  • Site internet : https://www.sahpl.fr/
  • Adesse : Maison des Associations, 5 place Louis Bonneaud, Lorient (1er étage, bureau 119).
  • Adhésion : 20 € (1 personne), 30 € (couple), 10 € (étudiant, demandeur d’emploi). L’année de cotisation démarre au 1er octobre et se termine au 30 septembre.

Société d’histoire et d’archéologie du pays d’Auray

Nouveau départ

Depuis 1984, la SHAPA participe à l’étude et à la valorisation du patrimoine du Pays d’Auray. Elle propose des conférences chaque mois et publie un bulletin annuel qui compile notamment le contenu des conférences de l’année.

Mais elle fonctionnait depuis un certain temps sans pouvoir se trouver un nouveau président ou une nouvelle présidente. Les adhérents se sont pris en main : ils se sont constitués en assemblée générale extraordinaire au début de l’année 2022, ce qui leur a permis de voter une modification des statuts. Il n’y aura tout simplement plus de président ni de présidente à la tête de la SHAPA ! En lieu et place, ils ont opté pour une direction collégiale originale : les différentes tâches à assurer ont été réparties entre les membres du conseil d’administration. La SHAPA a pu ainsi reprendre et maintenir ses activités.

Baie de Quiberon. Vue aérienne éditée par la société Lapie, années 1955-1960. Crédits : Patrimoines & Archives du Morbihan, 6 Fi.
Baie de Quiberon. Vue aérienne éditée par la société Lapie, années 1955-1960. Crédits : Patrimoines & Archives du Morbihan, 6 Fi.

Les activités que propose la SHAPA

  • Des conférences mensuelles gratuites
  • Un bulletin annuel
  • Des prêts de livre à la bibliothèque
  • La consultation de livres et de revues aux archives
  • Participation aux journées du patrimoine
  • Des groupes de travail et de recherche dans le domaine historique et patrimonial.
Dolmen. Cliché du fonds Francis et Raoul Decker. Crédits : Archives départementales du Morbihan, 14 Fi 3410. En-tête page Facebook de la SHAPA.
Dolmen. Cliché du fonds Francis et Raoul Decker. Crédits : Archives départementales du Morbihan, 14 Fi 3410. En-tête page Facebook de la SHAPA.

Organisation

  • Nombre d’adhérents : une cinquantaine
  • Montant de l’adhésion : 15 €, donnant droit au bulletin.
  • Adresse : 7, rue du Lévenant, 56400 Auray
  • Courriel : shapa.auray@gmail.com
  • Site web en projet : http://www.shapa-auray.fr

Sur sa page Facebook, la SHAPA présente des vues témoignant de la transformation importante du territoire depuis plusieurs décennies, telle la photo de la Baie de Quiberon, éditée par la société Lapie dans les années 1955-1960.

Ou encore un cliché de dolmen (en en-tête du site internet) issu de fonds Francis et Raoul Decker, conservé aux archives départementales du Morbihan.

Bretagne

Association bretonne

Mise à jour du 20 mai 2024. Lire plus bas, les congrès 2023 et 2024 de l’association.

Elle a été fondée à Vannes en 1843 par Jules Rieffel et Armand du Châtellier. Créée par un agronome et un historien, elle se proposait dès cette époque de promouvoir le progrès technique de l’agriculture, en l’accompagnant par la connaissance de l’histoire, des lettres et des arts ; elle y associait la défense des traditions et de la langue bretonne.

Depuis l’origine, elle a pour objectif principal l’étude de la Bretagne en vue d’accroître le rayonnement de sa culture et le développement de son économie. Des sociétés historiques seront créées dans les années qui suivent, à son initiative, dans chacun des départements bretons.

Jules Rieffel en 1860. Photo DR.
Jules Rieffel en 1860. Photo DR.

Jules Rieffel a été président de l’Association bretonne à deux reprises : de 1845 à 1851, puis de 1873 à 1885.

L’Association bretonne fut dissoute en 1859 par décision impériale. Elle a repris vie en 1873, et n’a jamais cessé ses activités depuis. Parmi les personnages qui l’ont rendue célèbre, on peut citer : Auguste Brizeux, Théodore de La Villemarqué, Arthur de La Borderie, Anatole Le Braz, Joseph Loth, Vincent Audren de Kerdrel, les bardes Taldir et Abhervé, René de Kerviler, Joseph-Guy Ropartz, Michel du Halgouët, François Vallée, Charles de Lorgeril, Charles de la Lande de Calan… et beaucoup d’autres encore.

L’Association bretonne est historiquement de tradition chrétienne. Elle agit dans le cadre des cinq départements de la Bretagne historique.

Elle reste attachée à la préservation du patrimoine culturel breton, elle prend position et s’exprime sur les sujets de société et débats ayant trait à la Bretagne, comme au respect de l’image de cette dernière. Enfin, elle entretient des liens privilégiés avec différentes associations historiques et culturelles attachées, comme elle, à faire vivre la mémoire et l’histoire bretonne en lien avec les évolutions économiques et sociales indispensables de cette région afin de l’adapter aux mutations d’un monde qui change.

Congressistes de l'Association bretonne en procession portant une bannière Anne de Bretagne au nom de l'association. Photo DR.
Congressistes de l’Association bretonne en procession portant une bannière Anne de Bretagne au nom de l’association. Photo DR.

Organisation de l’Association bretonne

  • Plus de 1 000 adhérents. Il existe trois catégories de membres : membres actifs, membres bienfaiteurs et membres d’honneur.

À côté d’historiens ou d’écrivains reconnus, ainsi que de spécialistes des questions d’intérêt économique, ses membres sont des personnes éclairées et intéressées aux différents aspects de la vie en Bretagne. Ils n’hésitent pas à s’associer aux réflexions, démarches ou manifestations destinées à défendre l’âme de la Bretagne et ses valeurs, ou à promouvoir la défense de ses libertés essentielles.

  • L’Association bretonne figure dans l’Annuaire des sociétés savantes de France établi par le Comité des travaux historiques et scientifiques (CTHS).
Pierre-Yves Le Priol. La foi de mes pères. Couverture.
Pierre-Yves Le Priol. La foi de mes pères. Couverture.
  • Prix de l’Association bretonne Armand Maufras du Châtellier. Il a été décerné en 2019 à Pierre-Yves Le Priol pour son ouvrage « La foi de mes pères. Ce qui restera de la chrétienté .»
Bulletin du Congrès de l'Association bretonne à Rennes en 2023. Page 1 de couverture
Bulletin du Congrès de l’Association bretonne à Rennes en 2023. Page 1 de couverture

Activités

  • Contact : contact@associationbretonne.bzh
  • Site internet : www.associationbretonne.bzh Sur son site, l’Association bretonne publie également des comptes rendus d’ouvrages récents.
  • Le congrès annuel a lieu dans l’un des cinq départements bretons. Celui de juin 2023 s’est tenu à Rennes. Celui de 2024 se tiendra dans le pays du Blavet.
  • Publication annuelle du Bulletin des congrès : celui de 2023 vient de paraître.
  • Colloques, conférences, dîners-débats, visites sur le terrain en différents endroits.
  • Des Dîners de l’Association bretonne ont été organisés à Paris de 1994 à 2012.

Association bretonne, Congrès du Blavet, juin 2024
Association bretonne, Congrès du Blavet, juin 2024

Programme du congrès 2024 de l’Association bretonne à Baud, Languidic et Quistinic

Vendredi 21 juin 2024 – BAUD Salle du Scaouët, rue Emile Le Labourer

Vendredi 21 juin 2024 – BAUD Salle du Scaouët, rue Emile Le Labourer

  • 08h30 – 09h00                        
  • Accueil des participants, émargement, café, viennoiseries
  • 09h05 – 09h20 : Benoît de BERGEVIN, Président de l’Association Bretonne,
  • Ouverture du congrèsBro gozh ma zadoù
  • 09h20 – 09h30 : Mot d’accueil :
    – Pascal GILLET-GUYADER (Maire de Baud)
    – Laurent DUVAL (Maire de Languidic)
    – Antoine PICHON (Maire de Quistinic)
  • 09h30 – 10h15 : Aurélie CROWCHUn bassin versant pour remonter le temps
  • 10h15 – 11h00 : Bernard LE MOUELJean Jan : La chouannerie en Morbihan intérieur
  • 11h15 – 12h00 : Michel LE COZSaint-Gildas, sa vie, son culte
  • 12h00 – 14h15 : Déjeuner
  • 14h30 – 15h15 : Michel GERMAINAuguste Leson et le barrage de Guerlédan
  • 15h15 – 16h00 : Antoine PICHONActeurs, organisation et régulation du bassin versant d’un fleuve côtier breton : le Blavet
  • 16h00 – 16h45 : James-D. EVEILLARDLa carte postale en Bretagne (1870-1930)
  • 16h45 – 17h00 : Pause
  • 17h00 – 18h45 : Assemblée générale
  • 19h00 – 20h30 : Apéritif dînatoire
  • 19h00 – 20h30 : Apéritif dînatoire
Samedi 22 juin 2024 – LANGUIDIC Salle Jo Huitel, rue Anne de Bretagne
  • 08h30 – 09h00 : Accueil des participants, émargement, café, viennoiseries
  • 09h15 – 10h00 : Magalie TROYCollections privées : l’art chez les collectionneurs bretons
  • 10h00 – 10h45 : Pierre-Yves LE PRIOLJean-Pierre Calloc’h, un Péguy breton
  • 10h45 – 11h00 : Yves de BRUNHOFFLéonce de Villeneuve, le parcours d’un passionné
  • 11h15 – 12h15 : Concert de musique baroque à la chapelle Notre-Dame des Fleurs.
    Ensemble Amarante et Cécile Pierrot, soprano.
  • 12h30 – 14h15 : Déjeuner
  • 14h15 – 15h15 : Pascal HEROLDHervé DERRIENCultures anciennes, cultures nouvelles : le chanvre « bien-être » et le chanvre agricole
  • 15h15 – 16h00 : Michel OIRY, Jean-Michel Guilcher et Lucien Pouëdras : concordance de l’ethnologie et de la peinture
  • 16h00 – 16h15 : Pause
  • 16h15 – 17h00 : Diego MENS, Les remplages fleurdelisés dans les vallées du Scorff et du Blavet
  • 17h00 – 17h45 : Hubert RIVET, Bannières de Bretagne
Dimanche 23 juin 2023 – QUISTINIC
  • 09h30 – 10h30 : Messe à l’église paroissiale Saint-Pierre (Quistinic)
    POUL FETAN
  • 11h00 – 12h00 : Pascal LAMOUR, Pharmacopée traditionnelle en Bretagne et son application contemporaine
  • 12h30 – 14h15 : Déjeuner
  • 14h15 – … : Visite et accès aux animations de Poul Fetan, « Village préféré des Bretons »
Benoît de Bergevin, président de l'Association bretonne. Photo DR.
Benoît de Bergevin, président de l’Association bretonne. Photo DR.

Le conseil d’administration 

  • Présidents d’honneur
  • Régis le Bouteiller des Haries
  • Yann Kergall
  • Membres du bureau
  • Président : Benoît de Bergevin
  • Vice-présidente : Isabelle de Cintrés
  • Vice-président : Michel Germain
  • Adjoint à la Communication : Francois Le Brun
  • Vice-président Jean-Guillaume Bouchaud
  • Secrétaire général : Jacques Dedevan
  • Secrétaire général adjoint : Xavier du Rusquec
  • Trésorier général : Damien de Kerhor
  • Trésorière adjointe : Isabelle Pichon