Un millénaire plus tard, le manuscrit du monastère de Locmaria Quimper va revenir en Bretagne

Manuscrit de Locmaria-3. Crédit photo : Christie’s images limited

L’enseignant-chercheur Julien Bachelier raconte la genèse d’une belle histoire qui s’est enclenchée en 2023

  • Crédit de toutes les photos du manuscrit de Locmaria sur ce post : Christie’s images limited.
  • Cliquer la photo à gauche pour voir les autres.
  • Remerciements à P. Bohec et au journal Le Télégramme pour le transfert des photos.

L'histoire remonte à deux ans lors de l’organisation d’un colloque sur le monastère de Locmaria. Pour le préparer, Cyprien Henry, archiviste paléographe et conservateur du patrimoine (voir infra), a étudié la pancarte datée du second quart du XIe Siècle et retrouvé la mention d’un manuscrit conservé en Norvège, à Oslo. Il s’est rendu sur place, a retrouvé le manuscrit, y a vu des liens avec Landévennec et très certainement une attribution à Locmaria. Au début de cette année 2024, on a appris de manière officieuse que le manuscrit serait mis en vente. Il y a cinq semaines, Christie’s l’a mis officiellement en vente à Londres. C’est à ce moment-là qu’on a appris la somme : entre 300 000 et 500 000 livres britanniques.

La mobilisation des institutions et des collectivités en un temps record

Je ne me rendais pas compte du prix des manuscrits qui font l’objet d’une spéculation ces dernières années. On ignorait aussi la valeur d’un manuscrit de Bède connu par ailleurs. Très rapidement, on a compris qu’on n’avait pas la somme sur… notre compte épargne-logement. Avec un collègue de l’UBO à Quimper, Arnaud Ybert, maître de conférences en histoire de l'art et archéologie du Moyen Âge, on a d’abord misé sur le mécénat privé et contacté de grands patrons bretons et de grandes entreprises, mais ça n’a rien donné : il est vrai qu’on n’a pas trouvé le temps de les rencontrer. Le mécénat privé était donc une impasse.

Les partenaires qui se sont impliqués

Tout un collectif s’est alors mis en place en un temps record. Nos collègues de Rennes, notamment ceux de la bibliothèque des Champs libres, nous ont contactés il y a quinze jours. Là on a mutualisé tout ce qu’on avait sur le plan financier. On a contacté le ministère de la Culture, Les Champs libres, la ville et la médiathèque de Quimper, le conseil départemental du Finistère, le Centre de recherche bretonne et celtique (UBO Brest), on a essayé de trouver des fonds de cette manière. La région aussi, mais de manière indirecte par le fonds d’acquisition des ouvrages anciens. On avait réuni à peu près 335 000 €. Le conseil départemental m’a appelé quatorze minutes avant les enchères pour nous dire qu’il nous soutenait. On a essayé de trouver de l’argent jusqu’au dernier moment.

Finalement ça a marché…

Les collègues de Rennes qui avaient le plus d’argent et des conseillers juridiques ont pris la main et déposé une offre chez Christie’s. Notre offre l’a emporté : on n’avait pas la somme demandée, 300 000 € au minimum. On leur a dit que nous n’avions que ça et qu’on n’irait pas plus loin, on leur a demandé de nous laisser du temps. Ils ont tout simplement accepté notre offre, il n’y a pas eu de surenchère mardi après-midi [le 11 juin]. Ce qui veut dire qu’il n’y avait pas d’autre acquéreur. C’est mieux, parce que nous n’avions pas de réserves.

Les multiples intérêts du manuscrit de Locmaria au regard de l'histoire

Le premier est très certainement qu’il relève de l’aire celtique ou bretonne, car des caractères insulaires font penser à des écritures en Irlande ou au Pays de Galles. Ce qui démontre les liens, les traversées des hommes, des idées : la culture circulait. Le deuxième point est qu’il y a de grandes chances que le manuscrit ait été rédigé à l’abbaye de Landévennec : il y aurait donc des liens à établir avec d’autres manuscrits. Le troisième intérêt enfin, au niveau de l’histoire locale, c’est qu’il a certainement été commandé par les religieuses de Notre-Dame de Locmaria à Quimper, ce qui signifie l’intérêt des religieuses de ce monastère puisqu’elles ont eu alors à leur disposition un ouvrage complet et de très hautes qualités de Bède le vénérable [moine anglo-saxon, né en 672-673, décédé en 735].

La circulation des idées, des manuscrits et des hommes

Le tout met en évidence une circulation intellectuelle considérable pour l’époque d’abbaye en monastère, non seulement celle des idées, des manuscrits, ça on le savait, mais également celle des hommes. Et les monastères féminins n’étaient pas à l’écart : il y en avait très peu, mais on voit qu’ils fonctionnent selon les mêmes modalités que les monastères masculins. D’autant plus que Locmaria était une communauté double : les hommes d’un côté, les femmes de l’autre.

L'occasion pour le grand public de voir des manuscrits bretons qui ont mille ans

C’est une belle histoire, oui, et c’est en même temps une histoire remarquable, car les partenaires publics nous ont soutenus en un temps record, ça a été fondamental pour l’aboutissement du projet. Car le manuscrit revient au pays. Il va falloir voir où il sera conservé, il faut établir des projets pour le montrer au grand public, pour le valoriser. L’idée est de la présenter à Rennes, à Quimper, à Landévennec, de le mettre en parallèle avec tous les manuscrits des XIe et XIIe siècles qui se trouvent dans des dépôts bretons.

Faire circuler le manuscrit en Bretagne

Plus au travers d’une exposition que d’un colloque, car le très peu de manuscrits que nous avons en Bretagne ont déjà été étudiés récemment. Par ailleurs, un grand projet européen a été lancé il y a quelques années pour étudier l’ensemble des 255 manuscrits dits bretons ou de Bretagne ou produits par des Bretons. Ce projet, monté par nos collègues gallois et irlandais, se termine bientôt. Il y aura alors peut-être une reprise à envisager à partir de ce qu’on aura découvert en Bretagne.

L’idée c’est de faire circuler le manuscrit de Locmaria au moins au niveau des Archives départementales, à chaque fois pour le mettre en parallèle par exemple avec le manuscrit de Saint-Vougay conservé à Quimper ou le cartulaire de Landévennec. Ce serait l’occasion pour le grand public de voir des manuscrits qui ont mille ans pour certains.

  • Propos recueillis par Fañch Broudic
  • Julien Bachelier est notamment responsable de la licence d’Histoire du pôle universitaire Pierre-Jakez Hélias de Quimper (UBO) et directeur de la collection Ecclesia (CRBC-Brest).
  • Cyprien Henry est Conservateur, chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, ministère de l’Éducation nationale et de la Jeunesse, ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.
  • Julien Bachelier et Cyprien Henry sont membres de la SHAB.
Plouguerneau.- La construction du grand phare de l'Ile Vierge.

Site en construction. Merci de votre compréhension

La construction d’un site internet tel que celui de Bretagne Histoire c’est comme construire un bateau ou un immeuble. Ça ne se fait pas en un jour. Soyez patients : les metteurs en œuvre s’occupent du chantier et progressent de jour en jour.

La nouvelle présidente de la SHAB, Christine Berthou-Ballot. Photo : FB

La SHAB a une nouvelle présidente. Et elle est Brestoise.

C’est la première fois dans l’histoire plus que centenaire de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne que son président ou sa présidente ne soit pas de Rennes. Et c’est seulement la deuxième fois qu’une femme ait été élue à ce poste. Le Conseil d’administration de la société a en effet choisi Christine Berthou-Ballot pour … Continuer la lecture La SHAB a une nouvelle présidente. Et elle est Brestoise.

Catherine Laurent. Photo DR.

Les présidents de la SHAB depuis sa fondation en 1920 jusqu’à 2023

Quels ont été les prédécesseurs de Christine Berthou-Ballot à la tête de la SHAB ? Voici la liste des huit présidents qui se sont succédé en un siècle. Mis à jour : 12 mars 2024. 1920-1926  Barthélemy-Ambroise Pocquet du Haut-Jussé, historien. Il a été le continuateur de l’Histoire de Bretagne d’Arthur de La Borderie. Parmi ses nombreuses publications, … Continuer la lecture Les présidents de la SHAB depuis sa fondation en 1920 jusqu’à 2023

Fréminville, « Monumens celtiques » (arch. dép. Ille-et-Vilaine, 37Fi 15).

Les antiquaires bretons et la découverte des «monuments celtiques»

Ancêtres des archéologues, ils s’intéressent à tout ce qui concerne les monuments et les vestiges du passé. En Bretagne, leur père à tous est le parlementaire Christophe-Paul de Robien (1698-1756), dont la Description de la Bretagne connut une célébrité certaine grâce à son utilisation partielle par le comte de Caylus (1692-1765).Deux Bretons, Jacques Cambry (1749-1807) et Michel-Ange-Bernard … Continuer la lecture Les antiquaires bretons et la découverte des «monuments celtiques»

Kerfourn (Morbihan), Lauban (Maurice Gautier, 5 septembre 1996).

L’archéologie aérienne : des milliers de découvertes

Cette forme de recherche a montré son potentiel en Bretagne depuis la sécheresse – alors jugée exceptionnelle – de 1976. Le repérage s’effectue grâce aux différences chromatiques engendrées par les variations de croissance des plantes. Une poignée de prospecteurs aériens a découvert plus d’une dizaine de milliers d’occurrences inédites, les plus anciennes remontant au Néolithique, … Continuer la lecture L’archéologie aérienne : des milliers de découvertes

Logos de la DRAC et de la région Bretagne

Générique

La Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne bénéficie du soutien de la région Bretagne et de la Direction régionale des affaires culturelles. Les metteurs en œuvre du site Bretagne Histoire sont Fañch Broudic et Philippe Guigon, avec le concours de Bruno Isbled et Jean-Luc Blaise. La réalisation du site est signée de Stéphane Hervé, conception … Continuer la lecture Générique