Sébastien Carney, lors du congrès du centenaire de la SHAB, à Rennes, novembre 2021. Photo FB

CARNEY Sébastien

Membre du Centre de recherche bretonne et celtique (CRBC, EA 4451) et maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bretagne occidentale à Brest. Il est spécialisé dans l’étude du nationalisme breton, de l’instrumentalisation de l’histoire et de la recomposition des identités en sortie de guerre.

Publications :

  • Sébastien CARNEY, Breiz Atao ! Mordrel, Delaporte, Lainé, Fouéré : une mystique nationale (1901-1948), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. Histoire, 2015.
  • Sébastien CARNEY (dir.), 1917-1919 : Brest ville américaine ?, Brest, CRBC, 2018.
  • Sébastien CARNEY (dir.), Comment devient-on Jean-Pierre Calloc’h ?, Brest, CRBC, 2019.

Il est intervenu au congrès 2021 de la SHAB à Rennes sur le sujet suivant :

Les histoires de Bretagne des nationalistes bretons depuis un siècle

En 1918 est créé le Groupe régionaliste breton, qui se donne pour objectif de « travailler activement au relèvement de la Patrie Bretonne », tâche inlassablement revendiquée par l’Unvaniez Yaouankiz Vreiz (Union de la jeunesse de Bretagne, 1919), le Parti autonomiste breton (1927), le Parti national breton (1931), le Mouvement pour l’organisation de la Bretagne (1957), l’Union démocratique bretonne (1964) et d’autres structures encore.

Dans ce cadre, l’histoire de la Bretagne est un enjeu d’importance, qui permet de construire la nation et son identité. De fait, attachés à conscientiser des Bretons francisés, plusieurs auteurs se sont attachés à produire un récit édifiant, que des militants se sont chargés de répandre. Quels furent leur discours et leur pédagogie ? Quelle histoire de la Bretagne ont-ils racontée, comment et pourquoi ?

Le texte de sa contribution est paru dans le tome C (2021) des Mémoires de la Société d’histoire et d’archéologie de Bretagne, p. 513-537.